Avec des taux d'intérêt sur l'épargne extrêmement bas, voire carrément négatifs comme vient de l'annoncer ce mardi ING, les Belges recherchent des moyens de tirer le meilleur parti de leur argent mais ne reçoivent pas le soutien dont ils ont besoin de la part de leurs banques. Ces frustrations sont mises en avant dans une étude menée auprès de 1000 Belges par la nouvelle banque numérique Aion Bank.
...

Avec des taux d'intérêt sur l'épargne extrêmement bas, voire carrément négatifs comme vient de l'annoncer ce mardi ING, les Belges recherchent des moyens de tirer le meilleur parti de leur argent mais ne reçoivent pas le soutien dont ils ont besoin de la part de leurs banques. Ces frustrations sont mises en avant dans une étude menée auprès de 1000 Belges par la nouvelle banque numérique Aion Bank.Le manque de transparence au sujet des frais bancaires est la première source de frustration pour les clients, un Belge sur quatre déclare que plus de clarté pourrait le pousser à changer de banque. Plus de 36% des personnes interrogées se disent mal informées sur les frais bancaires qu'elles paient actuellement, les personnes âgées de 35 ans en tête.D'après les résultats de cette enquête, de meilleurs taux d'intérêt font aussi partie des critères les plus à même de pousser un client à changer de banque.Ainsi, les 25-34 ans et les 45-54 ans sont les tranches d'âge les plus attirées par de meilleurs taux d'intérêt. Les préoccupations principales dévoilées Aion Bank sont directement liées à l'instabilité économique actuelle. Ainsi, les Belges épargnent davantage, comme l'attestent les 291,9 milliards d'euros déposés sur des comptes d'épargne réglementés durant le mois de juillet, selon la Banque Nationale de Belgique (BNB). Avec des taux d'intérêt moyens actuels pour les comptes d'épargne de 0,2 % selon la BNB, les Belges gagnent toutefois très peu d'argent sur leur épargne. Outre de meilleurs taux d'intérêt, plus d'un Belge sur cinq se dit prêt à quitter sa banque pour bénéficier de meilleurs crédits ou prêts. Plus de 40% des 55 ans déclarent que leurs banques ne les aident pas à faire fructifier leur argent. L'étude montre également que le ressenti des Belges concernant leurs banques a été affecté par le climat économique actuel, 50% affirmant que leur banque ne leur a apporté aucune forme d'accompagnement pendant la pandémie.Cette volonté de changer d'institution bancaire soulevée par cette enquête pourrait être renforcée par les annonces successives de petites et plus grandes banques d'appliquer des taux négatifs sur l'épargne. Ainsi, la banque ING a annoncé ce mardi qu'elle appliquera un taux de -0,5% sur les comptes crédités de plus de 2 millions d'euros, à partir du 1er janvier. Début octobre, c'était au tour de Triodos d'annoncer un taux de 0% sur l'épargne de ses clients et -0,5% au-delà de 500.000 euros. ING explique qu'elle s'adapte aux taux d'intérêt faibles à négatifs qui régissent les marchés depuis plusieurs années. Selon les chiffres communiqués par la banque au journal L'Echo, cela concerne ses clients les plus fortunés, soit, moins de 1% des clients entreprise et à peine 0,1% des épargnants particuliers. La crainte des petits et moyens épargnants est toutefois que les autres banques suivent cette tendance et imposent aussi des intérêts négatifs sur les dépôts à plus ou moins court terme. Maintenant que la brèche est ouverte, sans trop de grincements de dents...