Greenpeace torture Elio Di Rupo

26/06/12 à 10:19 - Mise à jour à 10:19

Source: Trends-Tendances

Elio Di Rupo otage de la "mafia du nucléaire" ? C'est la thèse de Greenpeace qui utilise abusivement le Premier ministre dans un spot publicitaire aussi violent que déplacé.

Greenpeace torture Elio Di Rupo

Greenpeace a-t-il pété les plombs ? Pour sa dernière campagne postée sur YouTube, l'organisation écologique a fait fort. Très fort, même. Pour ne pas dire carrément déplacé.

Car la scène ressemble au scénario d'un bon film hollywoodien, teinté de suspense et de violence. Un homme, au noeud papillon rouge explicite, est enlevé par plusieurs malfrats et entraîné dans une usine désaffectée. Là, il est ligoté, malmené, torturé et se retrouve finalement avec un revolver sur la tempe, obligé de lire le message suivant : "Les centrales nucléaires resteront ouvertes dix années de plus". Et sa voix est évidemment celle d'un mauvais imitateur de notre Premier ministre. A la fin, émerge le slogan suivant : "Elio, ne te laisse pas prendre en otage par la mafia du nucléaire. Sortons du nucléaire." Signé Greenpeace.

Certes, ce n'est pas la première fois que l'image et la personne d'Elio Di Rupo sont détournées à des fins publicitaires (la marque Toyota avait elle-même "kidnappé" l'homme au papillon le mois dernier), mais c'est la première fois que le message se révèle aussi violent. Car supposer que le Premier ministre puisse se laisser prendre en otage par "la mafia du nucléaire" et adapter sa politique en conséquence sont des termes proches de la diffamation.

S'il avait gardé le silence pour la "gentille pub Toyota", Elio va-t-il cette fois sortir de sa traditionnelle réserve pour condamner l'opportunisme et surtout la dérive de Greenpeace ? Affaire à suivre...

Frédéric Brébant

Nos partenaires