Près d'un millier de militants de la CNE/LBC ont manifesté pour le droit à un bon préavis

05/02/13 à 14:46 - Mise à jour à 14:46

Source: Trends-Tendances

(Belga) "Un bon préavis, tout le monde y a droit! ", "Bloquez le profit, pas les salaires! " et "Taxez les grosses fortunes! ", voilà les messages qu'ont adressés mardi à Bruxelles près d'un millier de militants de la CNE/LBC à la FEB et au gouvernement. En cortège depuis la Tour des Finances jusqu'à la Bourse, ils tenaient à prévenir le monde patronal et les ministres que leurs réactions seront vives "si les décisions précarisent une nouvelle fois les travailleurs".

Aujourd'hui, le préavis des ouvriers est plus beaucoup plus court que celui des employés, tellement court qu'il ne protège pas contre le licenciement, dénonce la CNE. La Cour constitutionnelle oblige la Belgique à supprimer cette discrimination entre les travailleurs pour juillet 2013 au plus tard, remettant ainsi en cause le statut d'employé. "La durée des préavis doit être harmonisée à la hausse. Il faut que les employeurs soient obligés de réfléchir à deux fois avant de licencier les ouvriers et qu'ils assument le coût de ces licenciements", estime Felipe Van Keirsbilck, secrétaire général de la CNE. Par ailleurs, le gouvernement a interdit pour les deux prochaines années toute augmentation de salaire au-delà de l'indexation et d'une éventuelle augmentation barémique. "Un blocage des salaires n'est pas la recette pour sortir de la crise", rétorque la CNE, qui veut une fiscalité juste par laquelle "les nantis, les possédants (du capital) et les entreprises paieraient enfin aussi leur part". Elle souhaite également une liberté de négocier les salaires collectivement. "Selon certaines études, un impôt d'1 pc sur toutes les fortunes de plus d'1 million d'euros de patrimoine connu rapporterait 6 milliards d'euros, soit l'équivalent de 150.000 emplois", ajoute encore Felipe Van Keirsbilck. "Nous sommes à la veille d'un printemps chaud, alors que nous faisons face à un gouvernement anti-travailleurs et anti-syndicats", prévient enfin le secrétaire général de la CNE. Une nouvelle manifestation aura lieu à Bruxelles le 21 février avant une journée d'actions européenne prévue le 14 mars prochain. (MUA)

Nos partenaires