Livrets d'épargne: Geens dément mais sans rejeter l'idée

13/05/13 à 10:52 - Mise à jour à 10:52

Source: Trends-Tendances

Le ministre des Finances Koen Geens (CD&V) a démenti lundi tout projet de supprimer l'exonération de précompte sur les revenus générés par les livrets d'épargne, mais sans en rejeter l'idée toutefois.

Livrets d'épargne: Geens dément mais sans rejeter l'idée

© Image Globe

"J'ai simplement dit qu'il s'agissait d'une idée de la Banque nationale", a insisté le ministre des Finances, interrogé lundi matin sur Bel-RTL, après les nombreuses réactions négatives des partenaires de la coalition ce week-end. M. Geens a précisé que cette idée s'inscrivait dans la recherche de solutions pour réorienter les milliards d'euros placés par les Belges sur les livrets d'épargne. Exportés en partie vers l'étranger, ces dépôts ne servent pas suffisamment à soutenir l'économie du pays, a-t-il rappelé.

L'idée de revoir la fiscalité sur les revenus des livrets d'épargne avait été suggérée l'an dernier par la Banque nationale, laquelle devra affiner sa position dans un second avis attendu en juillet prochain par l'équipe Di Rupo.

A l'heure actuelle, les revenus des livrets d'épargne ne sont soumis au précompte que pour les intérêts dépassant 1.800 euros par an. "La proposition est très délicate pour le gouvernement", a reconnu le ministre des Finances, "mais l'idée sous-jacente est bonne".

Egalement interrogé par la VRT-radio, M. Geens a toutefois ajouté qu'il ne s'agissait pas d'une bonne solution pour l'immédiat. "Ce n'est certainement pas une bonne idée maintenant. Pour le moment, les gens en ont assez des impôts. Ils ne participeront que lorsque des alternatives (au livret d'épargne, ndlr) leur rapportant plus avec la même sécurité leur seront offertes". A ses yeux, l'importante épargne des Belges doit être utilisée de manière plus "productive".

"Un ministre des Finances doit stimuler ce genre de débat, mais il ne doit pas faire de propositions qui n'ont pas été discutées en gouvernement, ce que je n'ai pas fait d'ailleurs", a-t-il conclu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires