L'État devra faire un effort supplémentaire de 1,2 milliard d'euros

19/03/15 à 20:27 - Mise à jour à 20:30

Source: Belga

Le Comité de monitoring constate qu'un effort supplémentaire d'1,2 milliard d'euros devra être consenti par l'entité I (échelon fédéral et Sécurité sociale) pour 2015 afin de maintenir l'objectif défini en vue d'améliorer le solde structurel de 0,725% de 2014 à 2015.

L'État devra faire un effort supplémentaire de 1,2 milliard d'euros

Hervé Jamar, ministre du Budget (MR). © Belga

Cet effort supplémentaire est essentiellement dû à la situation en Sécurité sociale qui s'est détériorée d'1,7 milliard d'euros. Le solde de financement de l'entité fédérale s'est quant à lui amélioré d'un demi-milliard d'euros par rapport aux prévisions budgétaires.

"L'heure est encore et toujours au travail. Nous poursuivons d'ailleurs notre politique de prudence budgétaire avec cet objectif hautement nécessaire de réduction des dépenses publiques 'excessives' et de monitoring permanent du budget", a réagi le ministre du Budget Hervé Jamar.

Le Premier ministre Charles Michel a pour sa part assuré que "la Belgique poursuivra le respect de ses engagements européens sur le plan budgétaire".

Le gouvernement fédéral analysera dans les prochains jours les mesures qui permettront de "garder le cap tout en préservant le pouvoir d'achat, l'emploi et la croissance", a encore dit le Premier ministre.

Un groupe de travail composé d'experts des différents cabinets se réunira pour une analyse technique du rapport du Comité de monitoring. Ils feront ensuite part de leurs remarques et observations aux membres du comité restreint (Premier ministre et vice-Premiers) en présence du ministre du Budget.

Le comité restreint évaluera sur cette base la nécessité de rassembler des groupes de travail techniques pour affiner l'analyse. Cette étape amorcera véritablement le contrôle budgétaire qui devrait se conclure d'ici Pâques.

Le ressac en Sécurité sociale est dû en partie à une erreur de comptabilisation de 400 millions d'euros par l'Office national des pensions. L'opposition a tenté de savoir jeudi à la Chambre si le gouvernement était au courant de cette erreur au mois de décembre lors de l'élaboration du budget 2015 mais le ministre du Budget a refusé de répondre à cette question.

En savoir plus sur:

Nos partenaires