Caisse d'investissement : feu nourri de critiques dans la majorité et l'opposition

25/04/12 à 18:57 - Mise à jour à 18:57

Source: Trends-Tendances

La Caisse d'Investissement de Wallonie (CIW) a subi mercredi un feu nourri au parlement wallon. Le MR et le Mouvement de Gauche, dans l'opposition, ou le cdH ainsi qu'Ecolo, dans la majorité se sont montrés critiques sur cet outil, ou du moins son fonctionnement, lancé sous la précédente législature en pleine crise économique.

Caisse d'investissement : feu nourri de critiques dans la majorité et l'opposition

© Belga

La Caisse a recueilli 81 millions d'euros auprès des épargnants, destinés à fournir du crédit aux entreprises wallonnes. Au coeur des critiques, figurent le faible nombre de dossiers traités -au total 11 projets pour 10 sociétés, dont 3 du même groupe, pour quelque 14 millions d'euros-, une possible perte financière de 3,8 millions d'euros due à la dépréciation des obligations grecques souscrites par la CIW et une mise en demeure adressée par la Commission européenne. Seuls les résidents wallons peuvent en effet bénéficier de la réduction d'impôt qui accompagnait la souscription des obligations.

Pour justifier ce dernier point, le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, a invoqué le strict respect de la législation fédérale dans ce domaine, en particulier la loi de financement de 1989, et les avis qu'il a reçus du Conseil d'Etat, de la Cour des comptes et du ministre des Finances ainsi que l'accord du comité deconcertation.

"C'est au niveau fédéral qu'il revient de défendre les intérêts belges dans le cadre de cet avis motivé. Je l'ai d'ailleurs rappelé au ministre des Affaires étrangères le 20 avril", a-t-il ajouté.

M. Marcourt a par ailleurs annoncé de nouveaux dossiers de soutien aux entreprises pris en charge par la Caisse. Au total, le montant de crédit accordé devrait atteindre 24 millions d'euros.

Le ministre a toutefois écrit au président du conseil d'administration de la CIW pour lui demander de formuler des mesures pour accroître et diversifier les interventions de cet outil. Un expert financier devrait également être mandaté afin de faire un état des lieux du fonctionnement de la Caisse et proposer des améliorations.

"Votre bidule ne sert à rien et fait perdre de l'argent à la Wallonie", s'est exclamé Pierre-Yves Jeholet (MR) qui a une nouvelle fois accusé le ministre d'avoir été guidé par des préoccupations idéologiques dans ce dossier.

Anne-Catherine Goffinet (cdH) s'est étonnée de la "facilité" avec laquelle le ministre renvoie le litige avec les instances européennes au gouvernement fédéral. Son collègue Dimitri Fourny a rappelé les objections de son parti sur la pertinence et la viabilité de cet outil. Il s'est également inquiété de la réduction de valeur d'euros due aux obligations grecques que la Caisse devrait acter lors de son assemblée générale le 2 mai.

"La Caisse d'Investissement de Wallonie a montré, à ce stade, ses limites", a souligné Manu Disabato (Ecolo). Aux yeux des Verts, il est temps d'évaluer cet outil.

Pour le Mouvement de Gauche, la Wallonie doit réfléchir à ses outils publics de financement. Bernard Wesphael a proposé la création d'une Commission parlementaire spéciale qui se pencherait sur cette question.

Le seul soutien entier est venu du banc socialiste. Isabelle Simonis a rappelé la réduction comme peau de chagrin de la rémunération de l'épargne en Belgique. Elle a appelé elle aussi à débattre de la mise sur pied d'une banque "responsable".

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires