Trends Numerik

Votre forfait télécom est-il trop cher ?

22/01/15 à 17:03 - Mise à jour à 23/01/15 à 11:06

Vos tarifs télécoms ont été auscultés et comparés à ceux pratiqués chez nos voisins, notamment français. Votre facture est-elle trop élevée ? Verdict.

Votre forfait télécom est-il trop cher ?

Image d'illustration © istock

Les tarifs de tous les opérateurs belges ont été passés à la moulinette par l'IBPT, le gendarme des télécoms. Objectif : déterminer si les Belges payent plus ou moins que leurs voisins directs (France, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni) pour leur forfait GSM, leur ADSL ou leur pack triple play (TV, Internet, téléphone fixe).

C'est la troisième fois que le régulateur réalise ce type d'étude approfondie. Cette année encore, la réponse n'est pas univoque. " Les tarifs des télécoms belges restent dans la moyenne, indique Jack Hamande, président de l'IBPT. Mais les gros utilisateurs d'Internet mobile et les détenteurs d'un pack haut débit ont des raisons de se plaindre. "

Pour schématiser, la Belgique est plus chère que la France, moins chère que l'Allemagne. Et des différences existent entre forfaits mobiles et fixes, ainsi qu'entre les profils d'utilisateurs. Mais si les tarifs sont dans la " moyenne " comme le dit l'IBPT, c'est plutôt la moyenne haute. Revue de détail.

Téléphonie mobile : pas trop cher

Les forfaits mobiles étaient historiquement chers en Belgique. Ce n'est qu'en 2012 que les tarifs ont commencé véritablement à chuter, sous l'effet d'une offre agressive de Telenet (King & Kong) et de l'entrée en vigueur de la loi télécom, qui permet de changer d'opérateur mobile après six mois sans frais.

Cette diminution des prix se traduit dans les comparaisons réalisées par l'IBPT. L'utilisateur " moyen " (120 min d'appel, 200 SMS, 200 MB de données) est désormais plutôt bien loti en Belgique : il débourse en moyenne 13,8 euros par mois, ce qui le place en deuxième position derrière l'utilisateur britannique (11,82 euros).

Gros utilisateur de données mobiles : cher

Par contre, les gros consommateurs d'Internet mobile peuvent râler : ils sont surfacturés par rapport à nos voisins. Un forfait " illimité " (400 min, SMS illimités, 2 GB) coûte en Belgique 37,92 euros, ce qui place notre pays en avant-dernière position, juste devant l'Allemagne et ses tarifs exorbitants (63,95 euros !).

Triple play : cher

On peut retourner les chiffres dans tous les sens, le triple play (Internet, TV, téléphonie fixe) reste cher en Belgique. C'est la conséquence d'une concurrence toute relative sur le marché du fixe, monopolisé par Proximus d'une part, les câblos-opérateurs (Telenet, Voo, Numericable) d'autre part. Or, les fameux " packs " ont littéralement envahi le marché, puisque près de 60 % des ménages belges ont souscrit une offre conjointe. Parmi ces offres, le triple play est la formule favorite des clients, qui n'ont finalement que peu de choix à leur disposition.

C'est très clair dans l'étude de l'IBPT : les forfaits triple play à très haut débit (vitesse : + de 100 Mbps) sont tout simplement les plus chers parmi les pays étudiés. Ce type d'abonnement coûte en moyenne 74,07 euros en Belgique. La comparaison avec la France (36,03 euros) est particulièrement cruelle.

Cela dit, tous les consommateurs ne possèdent pas un forfait à très haut débit. La plupart se situent dans la catégorie juste en-dessous (entre 60 et 100 Mbps). Et là encore, la Belgique se distingue par des tarifs élevés : 62,5 euros contre 54 euros aux Pays-Bas par exemple.

Même le triple play " low cost " (30-60 Mbps) est cher en Belgique : 55,16 euros en moyenne, soit une avant-dernière position devant l'Allemagne (59,60 euros) et loin derrière la France (36,30 euros), qui reste un Eden européen pour les consommateurs de produits télécoms.

Quelles perspectives ?

Si la régulation de la téléphonie mobile a bien fonctionné, celle des produits fixes pose beaucoup plus de difficultés à l'IBPT. Le retrait de Base du marché de la TV est en ce sens une très mauvaise nouvelle : c'était l'un des derniers opérateurs alternatifs à avoir oser s'attaquer au monopole de fait des câblos et de Proximus. Reste à attendre l'offre TV que proposera Mobistar, grâce à l'ouverture du câble à la concurrence. Mais, vu les précédents, il est peu probable que ce nouveau produit vienne bouleverser les tarifs établis.

En savoir plus sur:

Nos partenaires