Pollution aux Pfas: Berkey, le purificateur d’eau “best seller”, dans la tourmente

Illustration réalisée par une intelligence artificielle (Midjourney ®) - crédit : Roularta Media Group

Le scandale à la pollution de l’eau du robinet aux Pfas, ces substances chimiques néfastes pour la santé, pousse de nombreux consommateurs à se tourner vers des systèmes de purification ou de filtrage de l’eau domestique. Le système Berkey, le plus vendu aux Etats-Unis après la carafe Brita, se vante d’être le meilleur. Il accumule actuellement les ennuis.

Suite à la présence de Pfas dans l’eau de distribution en Belgique, des citoyens s’interrogent sur les systèmes efficaces de filtration ou de purification de l’eau du robinet. Difficile d’élire le « meilleur » purificateur d’eau parmi les différents systèmes proposés sur le marché. Le choix d’un système en particulier peut en effet varier en fonction des besoins spécifiques d’un ménage, de la qualité de l’eau de la région, de son budget, de ses préférences en termes de technologie, de capacités, des polluants et substances spécifiques qu’il désire évacuer de son eau… 

Quelques marques et modèles sont souvent recommandés pour leurs performances globales. En tête de liste, et du référencement Google, on retrouve souvent la fontaine à eau de la marque américaine Berkey. Réputé pour être “le deuxième système de filtration d’eau le plus populaire du pays après Brita”, cette grande cuve – plusieurs capacités sont possibles – promet d’éliminer une grande variété de contaminants, y compris les métaux lourds.  

Une “class action” pour marketing trompeur  

La marque est actuellement sous le feu des critiques. Le fabricant, au marketing assez agressif, affirme que son filtre peut éliminer beaucoup plus de contaminants que les modèles de ses concurrents. Un récent article du Wirecutter, un site d’évaluation de produits propriété du New York Times, avance cependant que la technologie Berkey n’est pas certifiée de manière indépendante selon les normes nationales américaines (NSF/ANSI).

Après 50 heures de recherche et des tests en laboratoire indépendants des affirmations du fabricant du Big Berkey (ndlr: un des modèles de la société), nos résultats, ainsi que ceux d’un autre laboratoire avec lequel nous avons discuté et d’un troisième dont les résultats sont publics, n’étaient pas entièrement cohérents”. Ainsi, les performances sur le chloroforme sont désastreuses : 13% au lieu des 99,8% officiellement annoncés, selon l’analyse réalisée par Wirecutter. Le test réalisé sur le plomb démontre, par contre, d’excellents résultats de filtration. Un bon point aussi pour l’élimination des Pfas grâce à ses grands filtres à charbon actif, avance le média.

Aux Etats-Unis, la norme aux Pfas est beaucoup plus stricte qu’en Europe. Elle a été abaissée à 4 ng/l pour deux d’entre elles alors qu’en Europe, une future directive européenne fixera à partir de 2026 une limite de 100 ng/l pour 20 substances Pfas différentes. Le verdict du journaliste est critique: “Dans l’ensemble, nos recherches nous ont laissé avec une compréhension opaque du système Berkey, ce qui n’est pas le cas avec de nombreux autres fabricants de filtres.” 

La production à l’arrêt

Autre préoccupation concernant le “best-seller des purificateurs”, la production est pour le moment à l’arrêt. Aux Etats-Unis, en vertu de la loi sur les insecticides, fongicides et raticides fédéraux (FIFRA) l’Agence de protection de l’environnement (EPA) a en effet décidé de classer les systèmes de filtration d’eau à gravité vendus par Berkey Water Systems comme des pesticides en raison de leur incorporation d’ions d’argent. Un comble pour une technologie sensée filtrer les pesticides…

La société est à l’heure actuelle engagée dans une bataille juridique pour faire valoir ses droits et permettre que la production reprenne rapidement. “En attendant, on a encore quelques modèles disponibles en stock”, explique à Trends Tendances un revendeur officiel de la marque en Belgique. C’est vraiment dommage de ne plus pouvoir profiter de cette technologie très performante. Cette décision de la justice américaine est absurde. Les cuves Berkey sont même utilisées par des ONG comme l’Unicef pour filtrer l’eau de pluie ou de puits. Ce serait fâcheux que la société tombe en faillite.”

La société accumule les casseroles. Une class action a aussi été lancée aux Etats-Unis. Des consommateurs accusent Berkey d’avoir abusé de leur crédulité. Des tests réalisés (pour la chloramine, le chloroforme, le chrome 6) selon les normes strictes de la certification NSF démontrent une filtration lacunaire dès 380 ou 750 litres. Quant aux nitrates, les cartouches ne les filtreraient quasiment pas… 

La carafe, un nid à bactéries  

Selon le NYT, le moyen le plus simple et le plus économique d’obtenir une eau plus saine que celle du robinet, est d’utiliser une carafe à filtre, comme celle de la marque Brita, très répandue dans les foyers pour son aspect pratique et son prix bas. Notons quand même un bémol concernant ces carafes: mal utilisées, elles s’avèrent de véritables nids à bactéries.

En ce qui concerne la qualité de l’eau, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) estime que la plupart des carafes respectent les normes pour la réduction de l’odeur, des mauvais goûts, du chlore, du plomb et du cuivre. Mais les performances varient considérablement entre les modèles. Certaines carafes filtrantes entraînent un abaissement du pH de l’eau et peuvent libérer certains contaminants tels que les ions argent, le potassium, ou encore, l’ammonium dans l’eau potable.  

En mettant dans la balance leurs avantages et inconvénients, choisir un système ou l’autre, se révèle être un vrai casse-tête. Des filtres sous évier ou montés directement sur le robinet sont une bien meilleure option, en conclut l’article du New York Times. « Ils durent plus longtemps, fournissent de l’eau propre plus rapidement, peuvent réduire une gamme plus large de contaminants et sont moins sujets aux obstructions », énumère le média.

Pour la filtration quotidienne de l’eau de l’eau d’un ménage, d’autres systèmes à la capacité et au budget varié existent sur le marché :

Système d’osmose inverse: le système peut éliminer jusqu’à 99% des contaminants présents dans l’eau, ce qui vous permet de boire de l’eau pure et saine. L’élimination des contaminants tels que le chlore, les pesticides et autres produits chimiques améliore considérablement le goût et l’odeur de l’eau. L’inconvénient est que l’osmose inverse élimine aussi les minéraux bénéfiques présents dans l’eau. Cela peut entraîner une eau désionisée qui, bien que plus pure, peut être moins bénéfique sur le plan nutritionnel.

Système de filtration à charbon actif: des systèmes de filtration à charbon actif éliminent un large éventail de contaminants tout en conservant les minéraux essentiels. Des bâtonnets de charbon actif peuvent être simplement glissés dans une carafe d’eau du robinet pour une eau purifiée à moindre coût. Il est nécessaire de les changer environ tous les 6 mois.

Purificateurs UV: Ils utilisent la lumière ultraviolette pour détruire les bactéries et les micro-organismes. 

Biofiltre + Biodynamizer : considéré comme le « nec plus ultra de la filtration » par certains experts, ce système permet la filtration et ensuite la dynamisation de l’eau potable (comptez un budget plus élevé). Il est aussi possible de n’installer que le biofiltre (triple filtration au charbon actif + de l’argent ionisé + des fibres creuses) dans un premier temps.

Un conseil: avant de faire l’acquisition d’un système ou d’un autre, il peut être utile de faire tester l’eau du robinet pour connaître les contaminants spécifiques présents. Cela aidera à choisir un purificateur d’eau adapté à ses besoins.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content