Tout sur Matteo Salvini

La coalition populiste au pouvoir en Italie, que le chef de la Ligue Matteo Salvini a fait éclater, devrait être définitivement enterrée mardi avec une déclaration très attendue du chef du gouvernement Giuseppe Conte, au Sénat, et sa probable démission.

L'Italie traverse une crise inédite pouvant déboucher sur une multitude de scénarios : le vote d'une motion de censure et une chute du gouvernement avec potentiellement des élections anticipées ou bien la formation d'un nouveau gouvernement, soit à coloration politique, soit de techniciens.

Les sénateurs italiens doivent prendre une première décision lundi sur l'avenir du gouvernement de Giuseppe Conte, à l'agonie depuis que le chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a décrété sa mise à mort jeudi et réclamé des élections immédiates.

Les mini-Bots... Depuis quelques jours, on ne parle que de cela en Italie. Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser penser, ce ne sont ni des nouveaux héros de la série Transformers, ni des nano-robots révolutionnaires. Les mini-Bots, invention de Claudio Borghi Aquilini, économiste de la Ligue, sont pourtant tout aussi disruptifs, car ils pourraient aider l'Italie à sortir de l'euro. Une idée qui est caressée, on le sait, par la Ligue du vice-Premier ministre italien Matteo Salvini. Un parti qui est sorti largement renforcé aux dernières élections européennes.

Aux manettes depuis juin 2018, le gouvernement de coalition de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles fera sombrer un peu plus l'Italie dans l'abîme financier et populiste.

Le gouvernement populiste italien et la Commission européenne ont trouvé les bases d'un accord "verbal" sur le projet de budget 2019, jusqu'à présent jugé "hors des clous" à Bruxelles, selon des sources proches du gouvernement cités mercredi par les médias italiens.

Les jeux de hasard mis en place pour sauvegarder le patrimoine français rencontrent un succès inespéré. En deux semaines, ils ont déjà permis de récolter 7,3 millions d'euros.

Qui est l'homme fort du gouvernement italien qui a transformé la Ligue, mouvement fédéraliste lombard, en parti national ? Pragmatique, flexible, télégénique, il cumule des qualités très prisées dans la péninsule. Mais sa xénophobie galopante risque d'abréger sa carrière politique.

L'Italie, pays en déclin démographique, a besoin d'immigrés pour payer ses retraites, a affirmé mercredi Tito Boeri, le patron de l'Inps (la sécurité sociale italienne), qui s'est attiré les foudres du ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini.