Tout sur Fugea

Les syndicats agricoles (Fugea et Boerenforum) et leurs soutiens ont mené mardi une action de sensibilisation auprès des consommateurs pour dénoncer le refus de Colruyt Group de revoir sa stratégie d'achat de terres agricoles. Des militants ont collé des messages dénonçant ces pratiques sur les caddies d'une cinquantaine de magasins en Belgique et des agriculteurs se sont rassemblés avec leurs tracteurs devant l'enseigne à Ath.

Après avoir rencontré le gouvernement wallon la semaine dernière, la Fugea (Fédération unie de Groupements d'Éleveurs et d'Agriculteurs) s'est rendue lundi matin, à compter de 08h00, à Bruxelles avec une quinzaine de tracteurs pour rencontrer les partis de la majorité wallonne (PS, MR et Ecolo). Les agriculteurs y ont une nouvelle fois défendu leurs revendications dans le cadre du plan stratégique wallon lié à la nouvelle Politique agricole commune (PAC).

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) fait preuve d'un manque de tolérance, de compréhension et de souplesse face aux petits acteurs de la chaîne agricole, regrette jeudi la Fugea dans un communiqué. Selon la Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs, l'agence "se trompe de cible" en contrôlant "de manière abusive" des petits producteurs.

Une vingtaine de tracteurs ont rallié le rond-point Schuman, lundi matin, à l'initiative de la Fédération unie des groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea). A deux pas de la Commission et du Conseil européen, où se tient lundi une réunion des ministres européens de l'Agriculture, le syndicat agricole, accompagné de membres de plusieurs associations, a exprimé son ras-le-bol après l'éclatement de l'affaire Veviba. Ils ont également mis en garde contre les conséquences néfastes d'"importations massives de viande" en provenance d'Amérique du Sud.

La ministre flamande de l'Environnement, Joke Schauvliege (CD&V), a annoncé jeudi que l'Institut royal météorologique ne considérait pas la sécheresse ayant sévit de début mai au 15 juin comme "exceptionnelle" - du moins pour l'instant. Elle ne peut donc reconnaître cette période comme calamité agricole. Le cabinet du ministre wallon de l'Agriculture, René Collin, a effectué la même demande mais n'a pas encore obtenu de réponse.