C'est l'énergie qui connaît le taux annuel le plus élevé en août, avec 15,4%, contre 14,3% en juillet. Suivent les biens industriels hors énergie (2,7%, contre 0,7% en juillet), l'alimentation, l'alcool et le tabac (2%, contre 1,6% le mois précédent) et les services (1,1%, contre 0,9% en juillet).

En Belgique, le taux d'inflation annuel était de 4,7% en août, contre 1,4% en juillet. En août 2020, il était négatif, à -0,9%. L'inflation annuelle désigne l'évolution des prix des biens de consommation et des services entre le mois de référence et le même mois de l'année précédente.

Le taux d'inflation annuel en zone euro n'avait plus atteint 3% depuis novembre 2011, a indiqué à l'AFP un porte-parole d'Eurostat. Il dépasse également nettement l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne (BCE). Les tensions récentes sur les prix font craindre aux marchés financiers une remontée des taux d'intérêt.

Mais la BCE, tout comme la Fed, son homologue américaine, jugent le phénomène "temporaire". La poussée inflationniste est liée à la flambée des prix de l'énergie et à des pénuries de composants dans l'industrie, elles-mêmes consécutives de la forte reprise économique qui a suivi la crise provoquée par la pandémie de coronavirus. Pour de nombreux spécialistes, la situation devrait se normaliser dans les prochains mois. La BCE n'envisage pas, à ce stade, de resserrer sa politique monétaire accommodante. Son conseil des gouverneurs se réunira le 9 septembre pour en débattre.

C'est l'énergie qui connaît le taux annuel le plus élevé en août, avec 15,4%, contre 14,3% en juillet. Suivent les biens industriels hors énergie (2,7%, contre 0,7% en juillet), l'alimentation, l'alcool et le tabac (2%, contre 1,6% le mois précédent) et les services (1,1%, contre 0,9% en juillet). En Belgique, le taux d'inflation annuel était de 4,7% en août, contre 1,4% en juillet. En août 2020, il était négatif, à -0,9%. L'inflation annuelle désigne l'évolution des prix des biens de consommation et des services entre le mois de référence et le même mois de l'année précédente. Le taux d'inflation annuel en zone euro n'avait plus atteint 3% depuis novembre 2011, a indiqué à l'AFP un porte-parole d'Eurostat. Il dépasse également nettement l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne (BCE). Les tensions récentes sur les prix font craindre aux marchés financiers une remontée des taux d'intérêt. Mais la BCE, tout comme la Fed, son homologue américaine, jugent le phénomène "temporaire". La poussée inflationniste est liée à la flambée des prix de l'énergie et à des pénuries de composants dans l'industrie, elles-mêmes consécutives de la forte reprise économique qui a suivi la crise provoquée par la pandémie de coronavirus. Pour de nombreux spécialistes, la situation devrait se normaliser dans les prochains mois. La BCE n'envisage pas, à ce stade, de resserrer sa politique monétaire accommodante. Son conseil des gouverneurs se réunira le 9 septembre pour en débattre.