Tout d'abord, définissons rapidement l'inflation. On peut résumer cela à une hausse des prix, qui s'accompagne généralement d'une dépréciation de la monnaie locale. En gros, les prix augmentent et l'euro perd de sa valeur. Prenons un exemple : une inflation de 1,5% signifie que les prix ont augmenté en moyenne de 1,5% par rapport au même mois de l'année précédente.

Si on se fie aux chiffres donnés hier par l'office de statistiques Statbel, l'inflation a progressé en août de 2,27% à 2,73%, alors qu'elle était encore de 1,63% en juin. Statbel annonçait aussi que l'indice des prix à la consommation a progressé de 0,58 point au mois d'août.

A la vue des chiffres de Statbel, l'inflation a donc augmenté et si les prix augmentent, c'est notre pouvoir d'achat va être affecté...

De plus, une inflation qui s'envole fait également grimper les taux d'intérêts... Voilà une deuxième raison de nous inciter à la prudence et à économiser, en d'autres mots à reporter à plus tard les achats importants que nous avions prévus prochainement.

Qu'est-ce qui a fait grimper l'inflation ?

La hausse de l'inflation actuelle est principalement imputable à une hausse des prix de l'énergie. L'inflation des prix de l'énergie atteint 17,15% en août, contre 14,66% en juillet et 10,80% en juin, selon Statbel. Il faut donc débourser 17,4% de plus qu'il y a un an pour payer l'électricité, un niveau jamais atteint, et même 49,4% de plus pour le gaz. Les carburants coûtent, eux, 15,4% de plus qu'il y a un an.

Gaz naturel, électricité, achat de véhicules, pain et céréales, chambres d'hôtels, boissons alcoolisées, sucre et autres produits sucrés, loyers privés et soins corporels sont les produits qui ont exercé le plus fort effet haussier en août, souligne l'office belge des statistiques. À l'inverse, les voyages à l'étranger et city trips, les billets d'avion et les fruits ont exercé un effet baissier.

2,73% est-ce trop ?

Vous l'aurez compris, une hausse de l'inflation n'est jamais une bonne chose. Pourtant il ne faut pas croire que l'inflation est toujours quelque chose de négatif ; cette dernière peut néanmoins avoir un effet positif. En effet, pour peu qu'elle soit modérée, l'inflation aura un effet dopant sur les investissements (il est temps d'investir avant que les prix grimpent encore) et donc cela favorisera la croissance économique.

Selon le site de Startalers, "dans nos économies dites "mature" avec un système monétaire stable et une croissance modérée voire faible, on estime qu' une inflation allant jusqu'à 2% sur année est acceptable".

Il est donc important de garder cette inflation sous un certain seuil, afin qu'elle ne s'envole pas et compromette alors la croissance et la compétitivité économiques. Dans ce cas, elle pourrait alors devenir une menace pour l'emploi.

Tout d'abord, définissons rapidement l'inflation. On peut résumer cela à une hausse des prix, qui s'accompagne généralement d'une dépréciation de la monnaie locale. En gros, les prix augmentent et l'euro perd de sa valeur. Prenons un exemple : une inflation de 1,5% signifie que les prix ont augmenté en moyenne de 1,5% par rapport au même mois de l'année précédente.Si on se fie aux chiffres donnés hier par l'office de statistiques Statbel, l'inflation a progressé en août de 2,27% à 2,73%, alors qu'elle était encore de 1,63% en juin. Statbel annonçait aussi que l'indice des prix à la consommation a progressé de 0,58 point au mois d'août. A la vue des chiffres de Statbel, l'inflation a donc augmenté et si les prix augmentent, c'est notre pouvoir d'achat va être affecté... De plus, une inflation qui s'envole fait également grimper les taux d'intérêts... Voilà une deuxième raison de nous inciter à la prudence et à économiser, en d'autres mots à reporter à plus tard les achats importants que nous avions prévus prochainement.Qu'est-ce qui a fait grimper l'inflation ?La hausse de l'inflation actuelle est principalement imputable à une hausse des prix de l'énergie. L'inflation des prix de l'énergie atteint 17,15% en août, contre 14,66% en juillet et 10,80% en juin, selon Statbel. Il faut donc débourser 17,4% de plus qu'il y a un an pour payer l'électricité, un niveau jamais atteint, et même 49,4% de plus pour le gaz. Les carburants coûtent, eux, 15,4% de plus qu'il y a un an. Gaz naturel, électricité, achat de véhicules, pain et céréales, chambres d'hôtels, boissons alcoolisées, sucre et autres produits sucrés, loyers privés et soins corporels sont les produits qui ont exercé le plus fort effet haussier en août, souligne l'office belge des statistiques. À l'inverse, les voyages à l'étranger et city trips, les billets d'avion et les fruits ont exercé un effet baissier.2,73% est-ce trop ?Vous l'aurez compris, une hausse de l'inflation n'est jamais une bonne chose. Pourtant il ne faut pas croire que l'inflation est toujours quelque chose de négatif ; cette dernière peut néanmoins avoir un effet positif. En effet, pour peu qu'elle soit modérée, l'inflation aura un effet dopant sur les investissements (il est temps d'investir avant que les prix grimpent encore) et donc cela favorisera la croissance économique. Selon le site de Startalers, "dans nos économies dites "mature" avec un système monétaire stable et une croissance modérée voire faible, on estime qu' une inflation allant jusqu'à 2% sur année est acceptable". Il est donc important de garder cette inflation sous un certain seuil, afin qu'elle ne s'envole pas et compromette alors la croissance et la compétitivité économiques. Dans ce cas, elle pourrait alors devenir une menace pour l'emploi.