Aujourd'hui, ce n'est plus vrai. Fin mars, les investisseurs étrangers détenaient environ 58% de la dette, explique Jean Deboutte, directeur de l'Agence fédérale de la dette : 31,5% venant de la zone euro (hors Belgique) et 26,6% en dehors de la zone euro (surtout en provenance des Etats-Unis et du Japon).
...