"Le modèle du prélèvement kilométrique sur poids lourds, la recette principale de la Sofico, a démontré sa résilience, avec une baisse de recettes limitée à deux millions d'euros par rapport à l'exercice 2019, soit une variation de moins de 1 %", affirme la société.

De plus, au 30 avril 2021, la recette du prélèvement kilométrique s'établit déjà à 90,3 millions d'euros, "largement au-delà du chiffre de 2020, impacté par le premier confinement", commente la porte-parole de la Sofico. L'année dernière sur la même période, les recettes s'étaient élevées effectivement à 79,9 millions d'euros. Si les investissements ont également été réduits (143,8 millions d'euros en 2020 contre 257,4 millions en 2019), la porte-parole explique que c'est en partie lié au ralentissement, voire l'arrêt temporaire de certains chantiers, impactés par les conditions sanitaires.

Mais le confinement a bien eu pour conséquence en 2020 "une diminution significative des trajets des particuliers sur le réseau structurant et donc une réduction de la perception du 'shadow toll', la redevance versée par la Région wallonne à la Sofico pour le compte de l'usager", explique la société. "Par ailleurs, la baisse de la fréquentation des aires autoroutières, sur lesquelles une continuité de services a été assurée durant la crise, a provoqué une diminution des redevances", ajoute-t-elle.

La baisse des recettes ne devrait quant à elle avoir aucun impact sur les travaux d'entretien des autoroutes, assure la porte-parole.

La réduction des dépenses et la baisse limitée des recettes font que la trésorerie nette s'établit à 49,5 millions d'euros en 2020 contre 6 millions au 31 décembre 2019.

"Le modèle du prélèvement kilométrique sur poids lourds, la recette principale de la Sofico, a démontré sa résilience, avec une baisse de recettes limitée à deux millions d'euros par rapport à l'exercice 2019, soit une variation de moins de 1 %", affirme la société. De plus, au 30 avril 2021, la recette du prélèvement kilométrique s'établit déjà à 90,3 millions d'euros, "largement au-delà du chiffre de 2020, impacté par le premier confinement", commente la porte-parole de la Sofico. L'année dernière sur la même période, les recettes s'étaient élevées effectivement à 79,9 millions d'euros. Si les investissements ont également été réduits (143,8 millions d'euros en 2020 contre 257,4 millions en 2019), la porte-parole explique que c'est en partie lié au ralentissement, voire l'arrêt temporaire de certains chantiers, impactés par les conditions sanitaires. Mais le confinement a bien eu pour conséquence en 2020 "une diminution significative des trajets des particuliers sur le réseau structurant et donc une réduction de la perception du 'shadow toll', la redevance versée par la Région wallonne à la Sofico pour le compte de l'usager", explique la société. "Par ailleurs, la baisse de la fréquentation des aires autoroutières, sur lesquelles une continuité de services a été assurée durant la crise, a provoqué une diminution des redevances", ajoute-t-elle. La baisse des recettes ne devrait quant à elle avoir aucun impact sur les travaux d'entretien des autoroutes, assure la porte-parole. La réduction des dépenses et la baisse limitée des recettes font que la trésorerie nette s'établit à 49,5 millions d'euros en 2020 contre 6 millions au 31 décembre 2019.