S'il a fallu un petit délai pour que les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus soient visibles, "maintenant, on y est", relève Alain Vaessen. "Très concrètement, sur 2020 et surtout depuis octobre, on a une augmentation de 5 à 10% du nombre de personnes bénéficiaires du revenu d'intégration sociale - ce qu'on appelait avant le minimex - qui sont structurellement aidées tous les mois par le CPAS." Et cela, sans compter les aides sociales complémentaires. "D'après nos projections, ces 5 à 10% vont sans doute devenir 30% d'ici fin 2022."

La Fédération des CPAS wallons appelle à renforcer la structure en personnel des CPAS, principalement dans deux secteur: les travailleurs sociaux qui sont en première ligne et la médiation de dettes. "On va devoir être renforcés pour octroyer et assumer l'accompagnement des personnes qui vont arriver chez nous", explique M. Vaessen.

Les CPAS demandent en outre au Fédéral d'augmenter rapidement le taux de remboursement.

S'il a fallu un petit délai pour que les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus soient visibles, "maintenant, on y est", relève Alain Vaessen. "Très concrètement, sur 2020 et surtout depuis octobre, on a une augmentation de 5 à 10% du nombre de personnes bénéficiaires du revenu d'intégration sociale - ce qu'on appelait avant le minimex - qui sont structurellement aidées tous les mois par le CPAS." Et cela, sans compter les aides sociales complémentaires. "D'après nos projections, ces 5 à 10% vont sans doute devenir 30% d'ici fin 2022." La Fédération des CPAS wallons appelle à renforcer la structure en personnel des CPAS, principalement dans deux secteur: les travailleurs sociaux qui sont en première ligne et la médiation de dettes. "On va devoir être renforcés pour octroyer et assumer l'accompagnement des personnes qui vont arriver chez nous", explique M. Vaessen. Les CPAS demandent en outre au Fédéral d'augmenter rapidement le taux de remboursement.