Trends a interrogé des jeunes d'une vingtaine d'années afin de savoir comment ils envisagent l'avenir, cinquante ans après la publication du rapport du Club de Rome. "J'ai vu beaucoup de peur et de souffrance personnelles", déclare Christel Dumas, professeur d'économie à l'Ichec Brussels Management School, qui a recueilli ces différents témoignages.
...

Trends a interrogé des jeunes d'une vingtaine d'années afin de savoir comment ils envisagent l'avenir, cinquante ans après la publication du rapport du Club de Rome. "J'ai vu beaucoup de peur et de souffrance personnelles", déclare Christel Dumas, professeur d'économie à l'Ichec Brussels Management School, qui a recueilli ces différents témoignages. "Je pense qu'il est important que les jeunes puissent continuer à rêver. C'est pourquoi il est bon que les entrepreneurs leur donnent des exemples positifs." Une référence aux États-Unis, où les entrepreneurs ne jettent pas l'éponge après un échec, mais créent plutôt une nouvelle entreprise. Cela devrait également devenir plus courant en Belgique. Elle cite l'activiste britannique Rob Hopkins, qui a écrit des livres intitulés "The Power of Just Doing Stuff" et "From What Is to What If". "Une telle vision positive de l'avenir est nécessaire. Nous devons éviter de tomber dans le catastrophisme mais plutôt chercher des solutions, nous mettre en mouvement. Pensez aux investissements positifs ou aux initiatives d'entrepreneuriat social."1. La pensionLa question la plus pressante pour ces jeunes était de savoir comment maintenir notre système de retraite à un niveau correct dans une économie qui ne connaît pratiquement aucune croissance. La croissance est indispensable au maintien de notre État-providence, selon l'adage, n'oublions pas que c'est la course à la croissance à tout prix qui nous a plongés dans une crise climatique."Je fais de mon mieux pour mettre suffisamment de côté", déclare Stefanie Huybrechts. "C'est pourquoi je suis devenu indépendant. Mais je suis vraiment inquiet pour les personnes qui ont un emploi rémunéré. Le gouvernement mettra-t-il suffisamment de côté pour leur pension ? Je pense que les incitations fiscales à l'épargne retraite individuelle sont bonnes, mais pour maintenir son niveau de vie, il faut avoir beaucoup plus."Stefan Willems pense que les jeunes diplômés n'ont plus de raison de rester en Belgique. "Sur chaque euro que vous gagnez, vous devez renoncer à plus d'un demi euro. Et qu'est-ce que vous obtenez en retour ? Je n'ai pas l'impression que plus tard j'aurai une bonne pension en Belgique. Tout le monde doit faire place à la génération plus âgée d'aujourd'hui, mais que restera-t-il quand nous nous serons vieux ?" Willems a déménagé à l'étranger. "Je veux être un entrepreneur", dit-il."Les jeunes qui n'ont pas encore d'épargne qu'ils peuvent activer ont un problème", déclare Geert Janssens, économiste en chef de l'organisation d'entrepreneurs Etion. "C'est sans compter le système de retraite qui doit être financé. Je crois en la croissance économique et que nous allons continuer à croître. Ce ne sera pas un problème. Il y a aussi des gains de productivité. Mais nous devrons réfléchir à la manière de corriger les déséquilibres de la société. La pandémie du coronavirus a creusé les inégalités entre les personnes avec et sans emploi, avec et sans épargne. Les richesses, les biens, les actifs financiers ne sont pas répartis de manière égale."Brent Bleys, professeur d'économie Brent Bleys (UGent), est d'accord avec ce dernier point, mais il a un avis différent sur la croissance. "A un moment donné, il devrait y avoir suffisamment de prospérité dans notre société pour que la croissance ne soit plus nécessaire. Je pense que ce moment est proche. La croissance est désormais utilisée comme une solution au problème de la distribution."2. L'habitation"Je ne peux plus dormir à cause de l'augmentation des prix des logements, du carburant et du chauffage. Être jeune, c'est vraiment la merde de nos jours", déclare un jeune anonyme. "Tout est tellement cher que l'on ne peut plus rien planifier. Et après cela, ils voudraient qu'on commence à épargner pour la retraite dès maintenant. C'est tout simplement impossible."De nombreux jeunes s'inquiètent de savoir s'ils pourront encore trouver un logement à un prix abordable. Pour les jeunes célibataires en particulier, il est souvent extrêmement difficile d'acquérir leur propre bien immobilier. Brent Bleys estime qu'un changement majeur est nécessaire dans la politique du logement : "Si vous achetez une maison à Amsterdam, vous devez y vivre. C'est une vision différente de la politique du logement. Ou on peut commencer à vivre dans quelque chose de plus petit, si l'espace est organisé d'une manière différente, optimale."Geert Janssens ne croit pas que nous allons commencer à vivre et habiter dans des espaces aussi petits qu'aux Pays-Bas. Il pense que la différence culturelle est trop grande : "On vit dans des grands volumes en Belgique par rapport à l'étranger. L'idée que les jeunes seront moins bien lotis que leurs parents est bien présente, surtout maintenant que les taux d'intérêt ré-augmentent. Contrairement à ce qui se passait dans les années 1970, les jeunes sont aujourd'hui presque certains d'avoir un emploi. Nous avons un taux élevé d'accession à la propriété. On trouve généralement cela dans les pays où le gouvernement est moins économe. Si le gouvernement est économe, comme c'est le cas en Allemagne, on constate que seulement la moitié des gens possèdent leur propre maison. On voit que les jeunes s'adaptent maintenant. Ils optent pour la cohabitation ou ils n'achètent plus de machine à laver, mais en louent une."3. Le long termeJelle Goossens s'inquiète des tensions internationales actuelles et du changement climatique, "dont nous ne pouvons évaluer les conséquences". Ma solution n'est pas vraiment branchée : amener plus de gens à penser à long terme.""Ce sera une décennie très importante", déclare Brent Bleys. " Le Green Deal de la Commission européenne s'engage à réduire les émissions d'ici 2030 et 2050. L'Europe pense à plus long terme. Nous avons besoin de ce cadre réglementaire. Mes élèves sont plus conscients que jamais de la nécessité de changer, mais il est parfois difficile de traduire cela dans leur comportement de tous les jours. Le transport aérien, par exemple, reste une question épineuse.""Mon domaine de travail - les investissements durables et la façon dont nous pouvons changer la finance - est très axé sur le long terme", explique l'économiste Christel Dumas. "Toutes les nouvelles lignes directrices de l'Union européenne en matière d'ISR concernent les investissements à long terme. Les gens doivent donc penser à long terme. C'est là que je vois une solution pour l'avenir."4. Le temps"Je m'inquiète du temps qui passe", déclare Jonas Van der Slycken, maître de conférences en développement durable (UA). "J'ai peur de me tromper d'engagement ou de connexion, ou d'être trop occupé par le changement de système ou l'impact social - écriture, conférences, ateliers, militantisme - pour me demander dans dix ans où ce temps est passé." Cette génération de jeunes, bien plus que la précédente, recherche un travail socialement pertinent, qui ait un sens. "Objectif, développement personnel, voir la vie plus largement que juste son travail. Les jeunes apprécient la flexibilité dont ils disposent à cet égard", déclare le professeur Bleys. "Ils veulent aussi faire des choses qui font sens en dehors de leur travail, comme des études supplémentaires, une activité indépendante à côté, ou faire quelque chose qui a une utilité sociale. Ils s'intéressent aussi davantage aux valeurs de leur employeur et à la manière dont elles correspondent à leurs propres valeurs."Geert Janssens retire de l'espoir de cette génération qui veut qu'il y ait un sens à leurs activités et travail, et de ces jeunes entrepreneurs qui saisissent les opportunités. "Ces jeunes entrepreneurs sont parfois un peu négatifs à l'égard du gouvernement, mais en général, ils cherchent simplement à changer le monde. Ce positivisme est là. Même les entreprises établies doivent s'engager dans la voie de la durabilité, sinon elles ne trouveront plus d'employés."Christel Dumas en appelle aussi à l'imagination, aux entrepreneurs créatifs qui montrent, par leurs innovations, que le changement est possible. Elle fait à nouveau référence au livre What if de Rob Hopkins. "Il parle de l'importance des questions "et si" : et si la croissance n'était plus au rendez-vous, ou si nos professions n'existaient plus dans quelques années ? En posant ces questions, on trouve de nouvelles idées et solutions." Elle fait référence à l'économiste britannique Kate Raworth, qui a développé un nouveau modèle économique avec son livre sur la Théorie du Donut, et conclut par une citation de l'auteure américaine Naomi Klein, qui souligne bien le sentiment d'urgence et le gigantisme du changement nécessaire : "Il n'y a plus de solutions non radicales."