Il y a cinquante ans, le Club de Rome publiait son rapport. Sur base de données et de prévisions concernant la croissance démographique, l'approvisionnement en matières premières, la pollution, la production alimentaire et l'industrialisation, les scientifiques ont conclu que le modèle économique traditionnel, axé sur la croissance, n'était pas viable. Ce rapport avait déjà une note d'urgence, mais un demi-siècle plus tard, ce message s'est transformé en un appel au secours immédiat. Le dernier rapport du GIEC, le groupe de travail des Nations unies, chargé d'évaluer les risques liés au changement climatique, dresse un tableau quasi apocalyptique de l'avenir. "Si nous intervenions immédiatement, ajoute Anne Snick, nous pouvons encore éviter la catastrophe, mais nous devons changer le système maintenant."
...

Il y a cinquante ans, le Club de Rome publiait son rapport. Sur base de données et de prévisions concernant la croissance démographique, l'approvisionnement en matières premières, la pollution, la production alimentaire et l'industrialisation, les scientifiques ont conclu que le modèle économique traditionnel, axé sur la croissance, n'était pas viable. Ce rapport avait déjà une note d'urgence, mais un demi-siècle plus tard, ce message s'est transformé en un appel au secours immédiat. Le dernier rapport du GIEC, le groupe de travail des Nations unies, chargé d'évaluer les risques liés au changement climatique, dresse un tableau quasi apocalyptique de l'avenir. "Si nous intervenions immédiatement, ajoute Anne Snick, nous pouvons encore éviter la catastrophe, mais nous devons changer le système maintenant."Où réside le plus grand mérite du rapport du Club de Rome ?SNICK. "Le message central est le titre : 'Limites de la croissance'. Ce message est plus pertinent que jamais, car nous atteignons progressivement des points de basculement. En outre, les scénarios esquissés, à l'époque, ont été largement confirmés par les données aujourd'hui disponibles. Mais le plus grand mérite est peut-être la vision systémique des auteurs. Notre vision occidentale du monde est généralement très séparatiste : par exemple, nous traitons l'économie comme une entité isolée, distincte de la planète, du climat et des relations sociales dans le monde. C'est un non-sens, puisque l'économie dépend de l'offre finie des ressources naturelles. Le rapport a mis en évidence ce lien."D'autre part, le rapport a eu un impact limité, en nommant les problèmes mais sans y proposer de solutions. Il s'est vendu à 30 millions d'exemplaires, mais dans les décennies qui ont suivi, le néolibéralisme a consolidé son extrême concentration sur la croissance."Lorsque le concept de "croissance" est remis en question, la réaction est toujours défensive. Pourquoi?SNICK. "Il y a des gens qui ont beaucoup à perdre si nous abandonnions le capitalisme et son obsession de croissance. Mais plus généralement, en Occident, nous voyons notre planète comme une source infinie de matières premières et non plus comme le lieu qui est à l'origine de toute vie - y compris la nôtre. Cette image s'est ancrée dans les esprits, portée par les sciences et l'accroissement de la prospérité matérielle. Alors même que nous sommes confrontés au gaspillage, à la perte de la biodiversité et au réchauffement climatique, beaucoup ne peuvent imaginer une alternative qui nous réapprendrait à vivre dans les limites de la planète. Le groupe de personnes - y compris la jeune génération - qui voit que le système est destructeur est aussi, en partie, pris en otage, par la peur qu'un changement de système soit nuisible à court terme. La quasi-totalité de l'économie dépend des combustibles fossiles. Cela fournit également des emplois, des bénéfices pour les actionnaires et un style de vie que nous considérons comme acquis."N'êtes-vous pas trop prompte à négliger les avantages du capitalisme ?SNICK. "À court terme, ce système réussit à créer une prospérité matérielle pour un groupe limité de personnes. Nous sommes aveuglés par ce succès parce que nous sommes du bon côté. Mais quel est le degré de satisfaction des personnes qui vivent également dans notre société mais dans la pauvreté, ou qui doivent vivre dans le Sud avec 1 dollar par jour ? Et quel héritage écologique pour nos enfants ? Il est également frappant de constater que la critique du capitalisme est souvent prise comme un plaidoyer pour le communisme. La libre entreprise fonctionne mieux qu'une économie centralisée, mais seulement si les entreprises ont pour mission de créer du bien-être dans les limites de la planète. Mais dans le système dominant actuellement, les personnes et la planète sont réduites à des ressources pour la croissance financière.Vous attribuez le fait que les gens ne peuvent pas imaginer une alternative en grande partie à l'éducation.SNICK. "Notre système éducatif reflète notre vision séparatiste du monde : les sciences exactes et les sciences humaines sont complètement séparées. La priorité est donnée à une spécialisation poussée dans un domaine de recherche particulier. On apprend aux experts à regarder la réalité à travers une lentille étroite et ils sont aveugles au système plus large. Les crises écologiques actuelles sont également motivées par les connaissances scientifiques et technologiques. Les voies d'apprentissage transdisciplinaires, pour apprendre à fonctionner dans la complexité, sont presque inexistantes."On ne peut pas former les gens pour qu'ils soient des experts polyvalents, non?SNICK. "Bien sûr que non, et les connaissances issues de la spécialisation sont précieuses si l'on commence par avoir une vue d'ensemble. La fonction de l'économie est d'utiliser les ressources disponibles pour les besoins de la société. Mais notre modèle occidental consomme plus que les ressources que la planète ne peut en fournir, et seul un petit groupe de personnes en bénéficie. Cette économie est donc dysfonctionnelle. Les entrepreneurs et les dirigeants de demain doivent d'abord, au cours de leur formation, aborder des questions fondamentales, comme le type de société que nous envisageons et la manière dont concrètement nous y répondons sur une planète limitée.""Le fait que nous continuions à enseigner aux étudiants des cours d'économie basé sur un modèle capitaliste sans remettre en question la croissance n'est rien de moins qu'un crime contre l'humanité. Nous les préparons à un modèle, dont nous savons depuis cinquante ans, qu'il aura des conséquences catastrophiques. Pourtant, je connais des professeurs qui veulent faire découvrir à leurs étudiants de nouvelles idées, comme l'économie des beignets. Mais ils ne le font guère, par crainte pour leur carrière. Les universités sont très institutionnalisées et beaucoup moins un lieu de pensée critique qu'on ne le croit généralement."Le monde des affaires va de l'avant.SNICK. "De nombreux entrepreneurs sont désireux et mieux à même de répondre au changement, également sous la pression du Green Deal européen. Et on remarque que les entreprises s'intéressent de plus en plus aux employés qui ont une vue "hélicoptère", qui n'apportent pas de réponses toutes faites, mais qui proposent de nouvelles idées dans des contextes complexes."Le virage vers la durabilité ne bat-il pas son plein ?SNICK. "C'est double. En tant que société, nous traversons une sorte de processus de deuil : du déni à l'acceptation. Nous savons que ce modèle est appelé à disparaître dans un avenir proche. Certaines personnes s'accrochent. D'autres essaient encore de négocier avec la réalité.""Le plaidoyer pour les voitures électriques illustre bien cette attitude. Elles offrent une alternative aux émissions de CO2 de l'essence et du diesel, mais elles ne constituent pas une solution durable pour le monde entier : même les matières premières des batteries sont limitées, et la question de leur impact sur notre santé ou sur les inégalités sociales ne se pose même pas. En fin de compte, nous devrons accepter que nous avons notre place sur cette planète, mais que nous ne la contrôlons pas. Pour ce faire, nous pouvons nous appuyer sur les connaissances des peuples autochtones qui, depuis des milliers d'années, cultivent et gèrent les forêts en harmonie avec la nature."La gestion des forêts dans le cadre de la politique économique ? De nombreux économistes vous accuseront d'un manque de réalisme.SNICK.(Sourires) "C'est presque un classique : les gens rejettent les alternatives parce qu'elles ne sont pas réalistes et disent ensuite qu'on peut croître à l'infini sur une planète finie. La contradiction entre le soi-disant réalisme et la durabilité est absurde et est une mauvaise conséquence de notre vision séparatiste. À court terme, nous ne voyons pas d'alternatives, c'est pourquoi nous considérons que le changement est irréalisable. Mais si nous voulons survivre, il est essentiel qu'il y ait suffisamment d'arbres et de plantes pour nous fournir de l'oxygène, de la nourriture et des matériaux, et que nous apprenions comment notre économie peut rendre les forêts plus saines au lieu de les détruire pour des raisons financières. Sinon, nous organisons notre perte. Et ne sous-estimez pas non plus le mouvement de décolonisation. Nous avons exporté le modèle économique occidental dans d'autres parties du monde, mais il est de plus en plus contesté."Vous avez mentionné le manque de solutions comme étant la principale lacune du rapport du Club de Rome. Cela a-t-il changé ?SNICK. "La science n'est qu'une des voix du débat, et elle ne peut pas connaître ou prédire l'avenir. Le Club de Rome est désormais beaucoup plus actif dans la recherche d'alternatives sur le terrain et dans l'aide à la création de nouvelles connaissances avec tous les acteurs de la société réunis. Les connaissances sont là, car d'autres modèles sont déjà expérimentés dans de nombreux endroits. Pensez aux programmes transdisciplinaires pour et par les étudiants, mais aussi aux monnaies communautaires, où l'argent est utilisé pour apporter une contribution substantielle à l'économie locale. En Sardaigne, le sardex a permis à de nombreuses PME de sortir de la crise financière en les protégeant partiellement de la concurrence mondiale. Mais il est maintenant temps d'utiliser toutes ces connaissances à une échelle beaucoup plus grande."