Le destin de Sabca illustre parfaitement la conception de l'Etat stratège, sur laquelle le secrétaire d'Etat Thomas Dermine compte asseoir la politique de relance fédérale. L'entreprise, qui fête son centenaire cette année, a en effet quitté le giron du groupe français Dassault pour retrouver le pavillon belge grâce à l'association de la SFPI (Société fédérale de participations et d'investissement) et de Sabena Aerospace. Une occasion pour son CEO Thibauld Jongen et Thomas Dermine de débattre de l'avenir d'un secteur aéronautique, qui vient de traverser la pire année de son existence.
...

Le destin de Sabca illustre parfaitement la conception de l'Etat stratège, sur laquelle le secrétaire d'Etat Thomas Dermine compte asseoir la politique de relance fédérale. L'entreprise, qui fête son centenaire cette année, a en effet quitté le giron du groupe français Dassault pour retrouver le pavillon belge grâce à l'association de la SFPI (Société fédérale de participations et d'investissement) et de Sabena Aerospace. Une occasion pour son CEO Thibauld Jongen et Thomas Dermine de débattre de l'avenir d'un secteur aéronautique, qui vient de traverser la pire année de son existence. Trends-Tendances. Sabca est désormais 100% belge. Qu'est-ce que cela change pour vous? Thibauld Jongen. Cela veut dire que nous sommes maîtres de notre destinée. Beaucoup d'actifs belges passent sous contrôle étranger, nous allons dans le sens inverse. Plusieurs exemples le montrent: quand le centre de décision part à l'étranger, l'autonomie diminue progressivement. Cela commence par le commercial, puis les achats, la R&D repartent vers la maison mère. La présence de la SFPI dans le capital confirme que le gouvernement est conscient que l'aéronautique et le spatial constituent un axe stratégique. Il dégage de la valeur pour la Belgique et contribue au maintien d'emplois industriels, ce qui est fondamental pour les générations suivantes. Thomas Dermine. Quand les marchés se contractent comme maintenant, une forme de priorité à l'échelon national s'exprime un peu partout. On voit alors combien il est essentiel de garder les centres de décision, de réfléchir en termes de filières d'activités. C'est pour cela que nous avons donné les moyens à la SFPI de jouer un rôle de fonds souverain et d'Etat stratège. Vous travaillez beaucoup dans de grands programmes européens. N'est-ce pas un peu paradoxal de parler alors de "priorité à l'échelon national"? T.J. Pas du tout. La Belgique est un petit pays. Dans notre secteur, il n'y a pas vraiment de marché intérieur, ce n'est pas comme si Brussels Airlines ou Air Belgium allaient commander 400 avions. Au contraire des Etats-Unis, de la Chine, de la France ou de la Russie, nous ne pouvons pas développer de filière pour construire nos avions de A à Z. Et c'est parfaitement normal. Comme nous ne construirons jamais notre propre fusée. Nous avons une mission d'accompagnateur, de copilote, de partenaire dans des grands programmes. Cette mission relève d'accords entre les gouvernements. T.D. C'est pour cela que la Belgique s'engage de manière aussi résolue dans les programmes multilatéraux. Au sein de l'Esa (agence spatiale européenne), on sent d'ailleurs cette tension entre les grands pays qui peuvent toujours menacer de développer leurs propres filières et les autres qui n'ont pas d'autre choix que de s'inscrire dans ces grands programmes. Notre contribution à l'Esa est stable dans le temps, alors que d'autres jouent des stop & go au gré des circonstances politiques. Grâce à cela, nous avons acquis une position bien respectée dans l'Esa, dont nous sommes le cinquième ou sixième contributeur, selon les années. Cela fait de nous le plus grand des petits Etats et cela permet à nos entreprises d'être bien placées pour les retours industriels de ses projets. A combien s'élève la contribution belge à l'Esa? T.D. En 2020, elle était de 260 millions d'euros. Le gouvernement précédent l'a augmentée de 250 millions (pour arriver à 1,4 milliard sur la programmation 2020-2024). Malgré les incertitudes budgétaires, dans notre accord de gouvernement, nous avons exclu toute baisse de cette contribution. Ces dépenses génèrent une double valeur ajoutée: scientifique car tous les investissements dans la recherche spatiale font avancer les connaissances scientifiques dans d'autres domaines, notamment tout ce qui concerne la transition environnementale. Industrielle ensuite, avec des retombées évaluées à 4,6 milliards d'euros pour l'ensemble du pays (spatial, aérien civil et défense globalisés). Dans une économie qui a tendance à se tertiariser, ce n'est vraiment pas mal. T.J. La constance des autorités belges a permis à Sabca de devenir le leader européen dans les systèmes de pilotage des fusées (actuateurs). Une fusée n'ayant pas d'aile, la seule façon de la diriger, c'est de changer la direction de sortie des gaz. Ce sont des systèmes très complexes, il faut gérer les mouvements, la puissance, l'énergie, la résistance aux vibrations, etc. Une palette de compétences aussi large, c'est unique. Nous l'avons développée grâce à ces programmes européens et nous pouvons ensuite la réinjecter dans d'autres projets. Sabca a acquis ses compétences dans les actuateurs grâce aux F16, dont nous assurions l'assemblage final et la maintenance. Nous sommes le plus gros acteur privé au monde dans la maintenance des F16. Cela nous a permis de devenir le leader européen des actuateurs spatiaux. Et aujour-d'hui nous avons un projet d'actuateurs sur les ailes d'avions civils. Cette boucle montre bien l'intérêt d'avoir une permanence et une cohérence dans les investissements. Les moyens publics lancent la machine et après, c'est à nous de la développer. Cet impact en cascade des F16 pourra-t-il être réédité avec les F35? T.J. Il y a 15-20 ans, la Belgique a décidé de ne pas participer, en tant que nation fondatrice, au développement du F35. Depuis, cet avion a été produit à des centaines d'exemplaires, sans attendre la Belgique. Les retombées économiques dans notre pays seront dès lors nettement moindres qu'avec le F16 mais, vu ce contexte, elles ne sont pas négligeables. T.D. D'où l'importance de la constance dans les investissements de l'Etat, comme nous l'avons fait pour le volet spatial. Le plus gros acteur privé, disiez-vous. Mais vous venez de quitter la Bourse et votre actionnariat est désormais très public... T.J. Ce n'est pas parce que la SFPI détient 50% moins une action de Blueberry (la structure qui contrôle l'intégralité de Sabca) que nous sommes devenus une entreprise publique. La SFPI agit en fonds souverain, c'est-à-dire en investisseur qui passe les plans de développement au peigne fin, avec des objectifs de rentabilité. La différence par rapport au privé, c'est la patience: ils savent que leur participation dans Sabca est un investissement de long terme. Et puis à leurs côtés, il y a une entreprise privée, Sabena Aerospace. Nous avons reconstitué la famille Sabca-Sabena. Avec cette ensemble, nous gagnons en crédibilité dans la chaîne de valeurs et cela nous permet d'accéder à des marchés plus grands. T.D. Nous sommes en plein dans la notion d'Etat stratège. Certains ont pensé que c'était une notion du passé, que le marché allait conduire à la meilleure allocation des moyens, que l'Etat devait juste fixer les règles du jeu. Aujourd'hui, on voit que l'intervention publique est indispensable pour un petit pays qui a besoin de maintenir des centres de décision et d'avoir une réflexion intégrée sur toute une chaîne de valeurs. Nous sommes dans un domaine où les compétences se construisent sur des décennies, vous l'avez expliqué avec le F16. Il y a donc besoin d'investisseurs patients, comme un fonds public peut l'être. Ce n'est, je pense, pas une insulte à l'économie de marché que d'avancer ce genre de réflexion. Quels seront les secteurs d'intervention prioritaires de ce fonds souverain belge? T.D. Des secteurs stratégiques comme l'aéronautique et le spatial, la logistique, la pétrochimie ou l'approvisionnement des stocks de matériel militaire et médical. Il ne s'agit pas de paroles en l'air: le budget 2021 prévoit de doter le fonds souverain de la SFPI de 500 millions d'euros, auxquels s'ajouteront 250 millions en 2022. Il sera géré de manière autonome par la SFPI. Le but est, d'une part, de donner de l'impulsion et de structurer les secteurs stratégiques où il y a un échec de marché. Et d'autre part, d'aider la transformation d'entreprises qui doivent répondre aux enjeux numériques et environnementaux. La création de Blueberry, qui réunit Sabca et Sabena Aerospace, est-ce un point de départ pour augmenter l'activité belge dans le secteur aérospatial? T.J. Le nom ( qui signifie myrtille, Ndlr) n'a pas été choisi par hasard: une grappe avec des fruits autonomes, responsables de leur propre destinée, tout en bénéficiant de l'ensemble de l'écosystème. L'Etat fédéral, c'est la branche qui apporte la cohérence et le support à la grappe. Dans le domaine spatial, il y a aussi un grand enjeu européen d'accès autonome à l'espace. Si nous n'avons pas cet accès, si nous n'avons pas notre propre lanceur, on perd des possibilités de recherche scientifique, d'exploration de l'univers. Et, surtout, on perd le moyen de mettre des satellites en orbite. Or, sans satellite, il n'y a pas de bande passante pour développer l'économie digitale. C'est une infrastructure stratégique pour développer l'économie du futur. A défaut, nous devrions demander à M. Trump, à M. Biden, à M. Poutine, à M. Xi Jiping la permission de mettre nos satellites sur leurs fusées... T.D. C'est important pour le numérique mais aussi pour la cybersécurité, la défense et l'environnement, avec par exemple la surveillance des catastrophes naturelles. T.J. L'accès à l'espace est vraiment fondamental pour notre civilisation. SpaceX, c'est une réussite technologique fabuleuse mais ils sont en train de casser le marché européen en vendant un lanceur commercial à la moitié du prix auquel ils vendent le même lanceur au gouvernement américain. C'est un moyen indirect de subsidier SpaceX pour assécher l'industrie européenne des lanceurs. L'Europe se rend compte heureusement de l'enjeu des lanceurs. L'industrie belge est-elle bien positionnée pour cet enjeu? T.J. Nous ne sommes pas en pre- mière ligne mais nous jouons parfaitement notre rôle de copilote. Le modèle de la triple hélice - interactions entre les universités, l'industrie et le gouvernement, pour favoriser le développement économique et social - est vraiment fondamental pour nous. Pour être éligible à un gros contrat Airbus par exemple, il faut des références techniques mais aussi des moyens financiers. Sans le soutien public, l'industrie belge ne pourrait pas suivre. Ce qui est vrai pour l'aviation civile l'est encore plus pour le spatial et la défense. Les grands programmes dans ces secteurs sont des opportunités uniques pour l'industrie d'apprendre de nouvelles choses. C'est pour cela qu'il est important que la Belgique prenne position sur le Tempest et le Scaf (deux projets d'avion de combat, qui divisent les Etats européens). C'est le prochain grand enjeu et des places sont en train de se prendre. T.D. Nous sommes très bien posi- tionnés sur certains aspects de la triple hélice, en particulier en ce qui concerne le financement de la recherche privée. Je pense par exemple aux mesures d'exonération de précompte pour l'emploi des chercheurs. En revanche, nous devons progresser dans la constitution de pools de talents dans les métiers STEM (sciences, technologie, ingéniérie et mathématiques). Le spatial a ici un rôle à jouer car il suscite l'émerveillement. C'est vrai depuis Tintin! Nous allons travailler sur les missions pédagogiques du centre de l'Esa à Redu pour montrer aux jeunes que les métiers de la science peuvent être bien autre chose que des algorithmes barbares. T.J. Nous avons effectivement de grandes difficultés de recrutement. Pour tenter d'y répondre, nous avons créé, sous Blueberry, l'Aerospace Academy. Nous dégageons des espaces de formation dans nos ateliers pour que des techniciens puissent apprendre le vrai métier sur place, en travaillant sur de vrais avions. En partenariat bien sûr avec les écoles, les universités et les centres de formation. Nous réfléchissons aussi à la manière d'organiser des équipes mixtes avec la Défense, qui a les mêmes problèmes de recrutement de profils techniques. T.D. Il y a parfois un antagonisme entre le temps de formation nécessaire et les attentes de jeunes qui envisagent leur carrière de manière beaucoup moins linéaire qu'auparavant. C'est à nous, pouvoirs publics, de réfléchir aux modalités de ces allers-retours entre l'industrie et la défense. Ça renforce l'attractivité des deux carrières. Quel est le volume de l'emploi chez Sabca? T.J. Un bon millier. Nous avons sous le même toit des métiers de la fabrication métallique, des composites, de l'assemblage, du câblage, de l'électromécanique, des circuits imprimés, etc. C'est une grosse force, cela nous permet de sortir des produits à haute valeur ajoutée. Tous ces métiers vont évoluer fortement avec la digitalisation et l'automatisation. Nous devons accompagner cette évolution par de la formation, préparer le redé- ploiement de tous ces métiers. T.D. Avant le Covid, il y avait déjà une forte évolution technologique et il n'y avait jamais eu autant de monde à l'emploi en Belgique et en Europe. La technologie ne tue donc pas forcément l'emploi! Mais il y a une sorte de course entre les progrès technologiques et notre capacité, en tant que pouvoirs publics, à porter les jeunes techniciens à un niveau de formation qui leur permettent d'accéder au marché de l'emploi. Quel est l'impact de la crise du Covid sur Sabca? T.J. Notre chiffre d'affaires tournait autour des 200 millions d'euros, il devrait retomber à 140 et cela risque d'être ainsi pendant deux ou trois ans. L'aéronautique est doublement impactée par cette crise. Dans l'immédiat, les mesures prises pour assurer la sécurité de nos équipes nous rendent moins efficaces et nos carnets de commandes sont en hibernation. Mais quand le vaccin sera là et que l'économie redémarrera, l'aéronautique restera en dépression pendant un certain temps. Les gens voyageront toujours pour des vacances ou voir la famille, mais il y aura moins de déplacements professionnels. Nous nous sommes tous habitués aux téléconférences. T.D. C'est couplé à la prise de conscience environnementale, avec des gens qui décident d'utiliser moins l'avion. T.J. Le secteur aérien prend acte d'une perception erronée du niveau de pollution de son activité. Nous représentons à peine 2% des émissions de gaz à effet de serre. C'est nettement moins que l'agriculture, la construction, la production d'électricité, l'air conditionné ou le transport maritime. Eh oui, ça pollue les grands cargos! Grâce aux progrès technologiques, nous avons réduit de manière exemplaire nos émissions, notre consommation de fuel et le bruit des avions. Juste ou injuste, les comportements des voyageurs changent et le Covid a accéléré l'évolution. L'écosystème Blueberry prend tout son sens dans ce contexte, il nous permet d'aller vers une diversification cohérente des activités, avec des produits de niche, innovants et à haute valeur ajoutée. Dans le civil, notre carnet de commandes a été amputé de la moitié du jour au lendemain. Mais comme nous avons le spatial et la défense, nous pouvons amortir le choc et rester relativement robustes.