Les travailleurs ne se bousculent guère pour suivre des formations complémentaires: 42.000 d'entre eux à peine font usage de cette possibilité. Afin d'en augmenter le nombre, Hilde Crevits (photo), m...

Les travailleurs ne se bousculent guère pour suivre des formations complémentaires: 42.000 d'entre eux à peine font usage de cette possibilité. Afin d'en augmenter le nombre, Hilde Crevits (photo), ministre flamande en charge de l'Economie, a décidé d'impliquer davantage les employeurs et de leur confier un nouveau rôle en la matière. Jusqu'à présent en effet, tout travailleur du secteur privé peut librement suivre, avec maintien de son salaire, jusqu'à 125 heures de formation par an. Désormais, ce total sera doublé et l'employeur devra en quelque sorte se muer en coach. Il pourra, de concert avec son employé, suggérer une formation mais en aucune manière, l'imposer. Dans tous les cas de figure, la décision finale appartiendra au travailleur. Concrètement, tous les travailleurs de Flandre pourront désormais s'absenter 125 heures par an pour suivre une formation librement choisie et 125 heures pour suivre une formation "suggérée". La mesure devrait coûter quelque 10 millions d'euros.