En 2010, le Fonds monétaire international (FMI) s'est rendu complice d'un mensonge : il a affirmé, en compagnie de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne, que la dette souveraine de la Grèce était soutenable et, sur la foi de ce mirage, a prêté à celle-ci plus de 20 fois ce qu'autorisaient les quotas plutôt que d'encourager les Grecs à restructurer leur dette et les aider à prendre un nouveau départ sur une base financière assainie.
...