Suite à sa demande de réorganisation judiciaire (PRJ), on a appris que Maxi Toys se cherche en réalité un repreneur. Confrontée à de gros problèmes financ...

Suite à sa demande de réorganisation judiciaire (PRJ), on a appris que Maxi Toys se cherche en réalité un repreneur. Confrontée à de gros problèmes financiers, l'entreprise n'a pas vraiment le choix. Elle n'a pas les moyens d'apurer ses dettes à court terme et encore moins d'achalander ses magasins en vue de la fin de l'année où elle réalise la moitié de son chiffre d'affaires. Ses avocats ont donc demandé au tribunal de l'entreprise de Mons de désigner un ou plusieurs mandataires de justice pour transférer les activités. Ils ont aussi demandé, en vertu du règlement européen, que la procédure française de PRJ soit aussi traitée à Mons. Pour rappel, Maxi Toys dont le QG est en Belgique, emploie 1.059 personnes dont 652 en France où elle dispose de 129 magasins.