Le rythme effréné des nouveautés livrées par les fabricants d'appareils photo s'intensifie encore un peu plus. Cet automne, c'est au tour du Z9 de Nikon de faire son apparition. Ce colosse d'1,3 kilo rejoint la gamme des boîtiers hybrides haut de gamme du constructeur nippon...

Le rythme effréné des nouveautés livrées par les fabricants d'appareils photo s'intensifie encore un peu plus. Cet automne, c'est au tour du Z9 de Nikon de faire son apparition. Ce colosse d'1,3 kilo rejoint la gamme des boîtiers hybrides haut de gamme du constructeur nippon. Et cela envoie du bois. Destiné aux amoureux de clichés en action, l'appareil, stabilisé sur cinq axes, mitraille jusqu'à 120 images par seconde. Du jamais vu. Une prouesse qui se fait au prix de quelques contorsions. La rafale implique de passer en jpg - un format compressé qui est à l'image ce que le MP3 est à la musique - et de diviser par quatre l'impressionnante résolution native pour se contenter d'un "petit" 11 millions de pixels... Les pros ont pourtant de quoi se réjouir. Les ingénieurs japonais ont mis au point un obturateur 100% électronique qui change en profondeur les habitudes. Cette fin du rideau mécanique, déjà observée sur certains modèles de Canon et Sony, permet de déclencher l'appareil à des vitesses vertigineuses. A 1/32.000e de seconde, le revers de Djokovic atteint des sommets de netteté. Une innovation en appelant une autre, Nikon a fait le choix de la 8K pour son mode vidéo. Comme si la 4K ne suffisait plus. Toujours plus loin, toujours plus haut comme on dit à Fort Boyard...