Ce premier SUV de la jeune marque DS a déjà connu son heure de gloire en accompagnant le président Macron, sur les Champs-Elysées, lors de son investiture en mai dernier.
...

Ce premier SUV de la jeune marque DS a déjà connu son heure de gloire en accompagnant le président Macron, sur les Champs-Elysées, lors de son investiture en mai dernier. Avec sa silhouette toute en arrondis, une imposante calandre, une ceinture de caisse haute et surtout le hayon, il peut faire penser à un Audi Q5. Mais les proportions sont harmonieuses et le design mélange habilement les codes esthétiques DS. Long de 4,57 m, il se positionne à cheval entre deux catégories, celle des SUV compacts et familiaux, pour afficher une habitabilité confortable aux cinq places. Agréable à l'oeil, le DS 7 Crossback l'est aussi à vivre. Cinq ambiances vous permettent de composer un véritable habitacle sur mesure. Habillé de cuir nappa, l'ensemble respire la qualité et renvoie aux méthodes artisanales de la maroquinerie de luxe. Les sièges sont moelleux tandis que le dossier des sièges arrière s'incline électriquement. La planche de bord, moderne, intègre un grand écran multimédia de 12,3 pouces au graphisme soigné mais dont la réactivité n'égale pas encore celui du groupe VW. La DS 7 a mis l'accent sur le confort en proposant une suspension pilotée qui anticipe les déformations de la route grâce à une caméra qui scanne l'asphalte jusqu'à 90 km/h. Le moteur BlueHdi 180 qui animait notre DS 7 d'essai s'est montré vibrant et sonore mais les performances sont bien présentes. Il faut dire qu'il est bien secondé par l'excellente boîte auto Aisin à huit rapports. La direction, quant à elle, distille de bonnes sensations. Avec le système Night Vision, vous verrez de nuit comme de jour, grâce à une caméra infrarouge. La DS 7 Crossback réussit ainsi son examen d'entrée au coeur d'un segment très disputé.