Peter Wouters s'est agenouillé dans Saint-Jean-Baptiste-au-Béguinage, vaste église baroque bruxelloise de la fin du 17e où chaque pas résonne sur les pierres centenaires. Sur une curieuse chaise blanche, Peter respire maintenant, grâce à deux orifices creusés dans le bois, les deux parfums imaginés par un autre Peter, de Cupere, artiste olfactif ( lire l'encadré " Le parfumeur "). La scène se déroule devant un impressionnant tableau de plusieurs mètres carrés : Sainte Ursule couronnée par l'Enfant Jésus, signé de Théodore van Loon (1581-1649). " L'oeuvre est une commande d'une béguine qui savait qu'elle allait mourir et qui est d'ailleurs enterrée ici, à quelques mètres. Il y a donc autour du tableau toute une histoire, tout un contexte, notamment celui des femmes violées. C'est pour cela que l'artiste de Cupere a imaginé deux odeurs différentes, dont l'une rappelant le sang et le goût métallique de la souffrance... "
...