C'est probable... Dans le nord du pays, un demi-million de logements ne sont toujours pas raccordés au réseau d'épuration, leurs effluents s'écoulent donc librement dans les ruisseaux et rivières. Cela représente 17% du parc résidentiel flamand. Comparé aux Pays-Bas (3%...

C'est probable... Dans le nord du pays, un demi-million de logements ne sont toujours pas raccordés au réseau d'épuration, leurs effluents s'écoulent donc librement dans les ruisseaux et rivières. Cela représente 17% du parc résidentiel flamand. Comparé aux Pays-Bas (3%) ou à l'Allemagne (1%), le décalage paraît si énorme que de plus en plus de personnes s'inquiètent de voir l'Europe mettre notre pays à l'amende dès 2027. Cette année-là, les eaux de surface de la Flandre devront être propres. Et en cas de non-conformité, la sanction sera lourde : 52 millions d'euros et une astreinte de 62.500 euros par jour de retard. La Flandre investit certes annuellement un demi-milliard d'euros dans la pose de nouveaux conduits d'égouts mais, compte tenu du retard accumulé, ce montant semble nettement insuffisant. Et même en doublant cette somme, il n'est pas certain que nous y parviendrons, a déjà prévenu Jan Goossens, CEO d'Aquafin, société en charge de l'épuration des eaux domestiques usées de Flandre. En cause, la mixité d'un grand nombre d'installations. Elles charrient à la fois les eaux de pluie et les eaux usées. En cas de fortes précipitations, ces conduits saturent. Pour éviter des inondations, il faut dès lors ouvrir leurs vannes et laisser se déverser dans les cours d'eau des mélanges qui peuvent se révéler extrêmement pollués.