Les fonds exposés globalement sur le secteur immobilier ont dégagé une performance torride depuis le début de l'année, avec une progression moyenne supérieure à 25% pour les principaux produits commercialisés en Belgique. Le changement d'orientation dans la politique monétaire américaine explique en grande partie cette progression. De relativement improbable au début 2019, les baisses du taux directeur américain sont désormais inscrites dans les attentes du marché, en particulier sur les marchés obligataires. Dans le même temps, le secteur immobilier global a enregistré une nouvelle phase de croissance, tant en termes de nouvelles introductions en Bourse qu'au niveau des augmentations de capital pour financer la poursuite de la croissance, avec une capitalisation boursière qui atteignait plus de 1.800 milliards de dollars à la fin du premier semestre 2019.
...