On savait depuis longtemps Benoît Poelvoorde grand lecteur. Depuis quelques années, il montre également un sens développé du casting puisque le festival qu'il signe à Namur en collaboration avec la programmatrice Chloé Colpé, et qui travaille bien à la mixité des genres, jouit toujours de la présence de quelques acteurs connus. A commencer par lui-même. Accompagné de l'auteur de BD Daniel Goossens, le...

On savait depuis longtemps Benoît Poelvoorde grand lecteur. Depuis quelques années, il montre également un sens développé du casting puisque le festival qu'il signe à Namur en collaboration avec la programmatrice Chloé Colpé, et qui travaille bien à la mixité des genres, jouit toujours de la présence de quelques acteurs connus. A commencer par lui-même. Accompagné de l'auteur de BD Daniel Goossens, le comédien évoquera l'oeuvre de Gary Larson, fameux dessinateur de presse américain dénonçant volontiers la bêtise humaine avec la complicité de figures animales. Autre personnalité de cinéma, Mathieu Amalric propose la lecture d'ouverture avec Des jours sans fin de Sebastian Barry, fresque là aussi reliée à la terre nord-américaine. Et Marie Gillain lira, elle, Fugitive parce que reine, ouvrage de la française Violaine Huisman, résidant à New York depuis 20 ans. D'autres lecteurs et livres seront bien évidemment là : Mark Twain, Magda Szabo, Mikhaïl Boulgakov et l'anversoise Lize Spit, phénomène littéraire avec son premier roman, Débâcle, proposé dans la série d'entretiens avec les auteurs. Benoît Poelvoorde se fait un plaisir supplémentaire en offrant une carte blanche à Stéphane Aubier et Vincent Patar, Belges réputés pour Panique au village et autres petits bijoux de l'animation cinématographique contemporaine. Parmi leurs invités, un autre duo, tout aussi décalé : Nicolas et Bruno, qui ont notamment sévi sur Canal +. Le festival accueillera également Dominique Dalcan, chanteur et compositeur insulaire venant présenter les finesses électronico-acoustiques de son album Tempérance, modèle ou plutôt prototype d'une musique à tête chercheuse qui n'en oublie pas de dévoiler ses émotions. A noter que si l'accès aux Grandes lectures peut sembler un peu cher - 16 euros en prévente - l'ensemble des activités du festival, comprenant aussi des moments réservés à la photographie, est accessible gratuitement pour les moins de 26 ans.