Discrètement installé dans une étroite rue voisine de la Grand-Place, le Mode et Dentelle n'est pas le plus connu des musées bruxellois : s'il semble moins médiatisé que ses équivalents anversois ou hasseltois, la qualité est au rendez-vous. Celle qui prévaut au parcours original de Jean-Paul Le...

Discrètement installé dans une étroite rue voisine de la Grand-Place, le Mode et Dentelle n'est pas le plus connu des musées bruxellois : s'il semble moins médiatisé que ses équivalents anversois ou hasseltois, la qualité est au rendez-vous. Celle qui prévaut au parcours original de Jean-Paul Lespagnard, créateur visuel que l'on peut autant croiser en 2014 lors de l'année de la culture à Molenbeek - où il vit et travaille - que via l'actuel travail chorégraphique du danseur Darlane Litaay, invité par Europalia Indonésie, pour lequel Jean-Paul Lespagnard a créé des costumes peints à la main par d'authentiques artisans papous. Eclectique reste un terme moyen pour qualifier le designer, né en 1979 dans la province de Liège et révélé en 2008 au Festival de Hyères où il remporte deux prix, dont celui du public. A voir ses récentes créations, Jean-Paul Lespagnard apparaît comme faisant partie des créateurs vestimentaires dont l'indéniable originalité reste portable. Son excentricité et sa boulimie traversent l'expo bruxelloise, en lien avec l'art contemporain de Jan Fabre et Wim Delvoye, la culture populaire de Manneken-Pis ou le stylisme haute volée de Courrèges et Olivier Theyskens. Le visiteur peut aussi participer en créant de manière virtuelle son propre foulard, accessoire apprécié par Jean-Paul Lespagnard. "Reflection by Jean-Paul Lespagnard" à partir du 21 octobre au Musée Mode et Dentelle à Bruxelles, www.museemodeetdentelle.brussels Par Philippe Cornet