Jean-Michel Folon (1934-2005) croisera brièvement la route d'Hugo Pratt (1927-1995) au début des années 1970 chez le photographe Fulvio Roiter à Venise.

Décor hors temps et empreint d'histoires possiblement secrètes : une définition de ce que furent aussi la vie et l'oeuvre de Pratt, Vénitien aux racines anglo-françaises, turques et juives séfarades. Une multiplicité de cultures et de géographies à laquelle s'ajoute, dès l'enfance, la découverte du cinéma, du tarot, de l'opéra et des mondes de la mythologie et du fantastique, sous l'impulsion d'une tante non conformiste. Hugo Pratt n'a que 10 ans lorsque il est expédié en Abyssinie (actuelle Ethiopie) où son père est officier dans l'armée coloniale italienne : Hugo y découvre l'Afrique, la sensualité, mais aussi le fascisme et la violence des guerres injustes. L'Argentine et d'autres destinations suivront, suscitant une oeuvre voyageuse et son personnage majeur, Corto Maltese, qui apparaît dès 1967 dans La ballade de la mer salée. On retrouve bien évidemment le célèbre marin dans une série de planches noir et blanc exposées à la Fondation Folon, la plupart dans les versions originales où la langue italienne sert de passeport universel aux périples de Corto aux quatre coins du monde.

© PH. CORNET

Le trait de Pratt à l'encre est aussi prononcé que poétique, poussé par une force d'expression qui utilise parfaitement l'ombre comme le mouvement dans une bande dessinée magnifiée. Parmi les oeuvres évoquées : Les Celtiques, inspirée du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare ou encore La Macumba du gringo, rappelant la fascination du dessinateur pour le Brésil. A ces pièces-là, l'expo rajoute une magnifique série d'aquarelles - territoire commun avec Folon - où la science des couleurs tendres de l'Italien évoque l'Afrique, la guerre et bien évidemment, son double, l'éternel dandy Corto Maltese. Dans un décor où des rideaux transparents donnent parfois l'impression de naviguer d'alcôve en alcôve, et d'y effleurer autant de rêves éveillés.

© PH. CORNET

" Hugo Pratt, les chemins du rêve " jusqu'au 24 novembre à la Fondation Folon à La Hulpe, https://fondationfolon.be

© PH. CORNET