Après de longs mois de recherche, c'est finalement Philippe Lallemand qui a été désigné pour diriger l'assureur Ethias. A ce poste, il remplacera Benoît Verwilghen, l'actuel CEO ad interim qui avait succédé à Bernard Thiry l'an dernier, lequel avait, quant à lui, été forcé d...

Après de longs mois de recherche, c'est finalement Philippe Lallemand qui a été désigné pour diriger l'assureur Ethias. A ce poste, il remplacera Benoît Verwilghen, l'actuel CEO ad interim qui avait succédé à Bernard Thiry l'an dernier, lequel avait, quant à lui, été forcé de démissionner suite à des tensions au sein du comité de direction et à la fameuse affaire " Pergola ". Proche du PS, comme son prédécesseur, Philippe Lallemand (bientôt 55 ans) est loin d'être inconnu pour ceux qui fréquentent l'étage de la direction de l'assureur, rue des Croisiers à Liège. Cela fait maintenant quasiment 20 ans que ce diplômé en droit de l'Université de Liège a rejoint Ethias (qui s'appelait encore à l'époque la Smap) comme conseiller spécial du comité de direction et directeur des participations financières. Cela, juste après avoir dirigé le centre d'études du Parti socialiste (l'Institut Emile Vandervelde ou IEV) de 1995 à 1999. Jusqu'ici membre du comité de direction en charge du segment " collectivités et entreprises ", après avoir également dirigé pendant cinq années les ressources humaines, Philippe Lallemand prend les rênes d'un groupe dont l'ancrage liégeois n'est pas complètement assuré et qui, malgré un bénéfice net en hausse pour 2016 (à 80 millions d'euros), fait l'objet de nombreuses supputations quant à son avenir (rachat par Belfius, etc.). SÉBASTIEN BURON