Conséquence logique de la pollution aux PFAS (substances perfluoroalkylées) qui secoue la Flandre depuis des semaines, les contrôles en tous genres se multiplient. La Région vient ainsi de découvrir ...

Conséquence logique de la pollution aux PFAS (substances perfluoroalkylées) qui secoue la Flandre depuis des semaines, les contrôles en tous genres se multiplient. La Région vient ainsi de découvrir qu'en matière d'économie circulaire, ses procédures n'étaient pas vraiment étanches. Soucieuse de maintenir son leadership européen en ce domaine, elle a immédiatement réagi et modifié ses instructions. Utiliser un déchet comme matière première secondaire n'a évidemment de sens que si cette dernière est irréprochable. D'où l'introduction en Flandre d'une grondstofverklaring (déclaration de matières premières) nécessaire à la mise en oeuvre de certaines d'entre elles. Au niveau du principe, rien à redire. En pratique, par contre, la transmission des résultats d'analyses est assurée par les entreprises elles-mêmes. D'où certains "dérapages" et la décision qu'à partir du 1er janvier prochain, seuls les laboratoires agréés seraient encore autorisés à transmettre les résultats des analyses.