Le coup de balai anti-Ghosn s'est déroulé en deux temps. Mardi à Yokohama, au siège de Nissan, les anciens adjoints de Carlos Ghosn ont été balayés. Hiroto Saikawa, directeur général, et son adjoint Yasuhiro Yamauchi ont été officiellement remplacés par le conseil d'administration par un triumvirat dirigé par Makoto Uchida qui sera secondé par Ashwani Gupta et Jun Seki. Considé...

Le coup de balai anti-Ghosn s'est déroulé en deux temps. Mardi à Yokohama, au siège de Nissan, les anciens adjoints de Carlos Ghosn ont été balayés. Hiroto Saikawa, directeur général, et son adjoint Yasuhiro Yamauchi ont été officiellement remplacés par le conseil d'administration par un triumvirat dirigé par Makoto Uchida qui sera secondé par Ashwani Gupta et Jun Seki. Considéré par les Japonais comme un kokusai-jin, un citoyen du monde, Uchida a fait quasi toute sa carrière à l'étranger et dispose d'une grande culture internationale. Il dirigeait jusqu'à la semaine dernière les opérations de Nissan en Chine. Un marché crucial pour le constructeur et l'un des seuls qui résistent au marasme actuel. Uchida était le meilleur choix possible pour l'Alliance qui fut sa motivation première pour rejoindre Nissan en 2003. Cette nomination est un signe clair que les Japonais croient toujours en l'avenir du partenariat avec Renault. Quelques heures plus tard, c'est à la descente de l'avion qui le ramenait du Japon et du conseil d'administration de Nissan que Thierry Bolloré, directeur général de Renault, a appris le sort funeste qui l'attendait. Jean-Dominique Senard, le président, souhaitait en effet son départ. Un départ qui sera finalement acté deux jours plus tard lors du conseil d'administration de la marque au losange. Bolloré est donc démis de ses fonctions avec effet immédiat. Il est temporairement remplacé par Clotilde Delbos, la CFO. C'est l'acte 2 du coup de balai. Même si les dirigeants de Renault s'en défendent, on ne peut qu'être surpris par la belle symétrie des événements. Bolloré était considéré, notamment par les Japonais, comme le dernier représentant de la garde Ghosn. Au moment de l'arrestation de ce dernier, il a même constitué une task force de défense et de contre-attaque appelée groupe orange. La pacification au sein de l'Alliance est donc bien en marche.