Au bord de la liquidation l'an dernier, la Sarsi retrouve quelques couleurs. Cette société de droit public dédiée à l'assainissement et à la rénovation de sites industriels du Brabant wallon vient d'être recapitalisée à hauteur de 5,3 millions d'euros par la Sogepa (Société wallonne de gestion et de participation) et par Ni...

Au bord de la liquidation l'an dernier, la Sarsi retrouve quelques couleurs. Cette société de droit public dédiée à l'assainissement et à la rénovation de sites industriels du Brabant wallon vient d'être recapitalisée à hauteur de 5,3 millions d'euros par la Sogepa (Société wallonne de gestion et de participation) et par Nivelinvest, l' invest privé du Brabant wallon dont la Sarsi est une filiale. Dans la foulée de cet apport d'argent frais, la Région wallonne lui a fait un second " cadeau " : la cession pour un euro symbolique des 135 hectares de l'ancienne sucrerie de Genappe. A terme, on devrait y retrouver un zoning de 5 ha, 200 logements, deux écoles et une réserve naturelle. " Sans cette recapitalisation, la Sarsi fermait ses portes, reconnaît Philippe Rémy, président-exécutif de la Sarsi. Nous avons connu des moments difficiles ces dernières années qui nous ont empêchés de déployer notre politique (L'unique employé, développeur de projet, avait falsifié son diplôme pour être embauché, Ndlr). Une nouvelle ère débute aujourd'hui avec de nouveaux moyens et des projets en nombre qui nous permettront de réhabiliter d'anciens sites industriels en étant bénéficiaires. " Outre Genappe, l'ancien dépôt des TEC à Nivelles, le site Socol et le terrain Brenta à Tubize, sont autant de sites à dépolluer et dont il faudra piloter le redéveloppement. Pour mener à bien cette mission, la Sarsi a recruté une pointure : Eric Schartz, ancien directeur de Matexi Brabant wallon puis de Matexi Bruxelles, qui était à la recherche d'un nouveau défi. Il deviendra dans les prochains mois le véritable patron de la société.