VMWare est en plein boom suite à l'engouement pour le cloud computing. Spécialisée dans les logiciels de virtualisation qui permettent d'exécuter plusieurs applications sur les serveurs des clients, elle ava...

VMWare est en plein boom suite à l'engouement pour le cloud computing. Spécialisée dans les logiciels de virtualisation qui permettent d'exécuter plusieurs applications sur les serveurs des clients, elle avait retrouvé son indépendance à la fin de l'année dernière suite à la scission avec Dell, sa maison mère. Cela n'aura pas duré longtemps puisqu'elle devrait tomber sous peu dans l'escarcelle de Broadcom. Le géant américain des semi-conducteurs a mis 61 milliards de dollars sur la table. Soit la deuxième opération de l'année après le rachat d'Activision Blizzard par Microsoft (69 milliards). Michael Dell, le patron du groupe homonyme qui possède encore 40% des parts de VMWare, y est favorable tout comme le fonds Silver Lake (10% du capital). Ce rachat fait partie de la stratégie de diversification du groupe californien depuis l'échec du rachat, orchestré par Donald Trump, de son concurrent américain Qualcomm. Broadcom a depuis racheté Symantec (cybersécurité) et CA Technologies, le cinquième éditeur mondial de logiciels.