Eurostat, la référence européenne en matière de data, nous a livré un bilan 2021 de l'état des logements dans les différents Etats membres de l'Union européenne. Une longue étude qui comprend des catégories comme la qualité des logements, leurs impacts environnementaux ou encore l'évolution des prix.

Nous nous focaliserons ici sur le statut des habitants (propriétaire ou locataire) et au type, à la taille et à la qualité des logements.

Plus de deux tiers de propriétaires

Une large partie des citoyens européens sont propriétaires de leur logement. Ainsi, en 2020, 70 % de la population vivait dans un ménage propriétaire, tandis que les 30 % restants vivaient dans un logement loué.

La différence Est-Ouest est encore ici très marquée. En effet, ce sont dans les pays européens de l'Est que nous trouvons le plus de propriétaires. Les taux les plus élevés ont été observés en Roumanie (96 % de ménages propriétaires), en Slovaquie (92 %), en Croatie et en Hongrie (91 % chacun).

Bien que dans tous les États membres, la propriété reste majoritaire, les taux sont beaucoup moins élevés en Europe de l'Ouest. C'est en Allemagne que l'on trouve le plus de ménages locataires, avec une part de propriétaires très légèrement au dessus des 50 %. Elle est suivie par l'Autriche avec 55% de ménages prioriétaires, le Danemark avec 59%, et la France avec 64%.

Et la Belgique dans tout cela ? Nous nous retrouvons en milieu de tableau, avec un taux de ménages propriétaires de 71% et un taux de locataires de 29%.

Un classement peut étonnant quand on regarde les prix des logements dans l'UE. C'est en effet dans les pays de l'Est que les prix sont les plus bas et dans l'Europe de l'Ouest qu'ils sont les plus élevés.

77% des Belges vivent dans une maison

Le fait de vivre dans une maison ou un appartement varie également d'un État membre à l'autre, sans distinction géographique. Ainsi, en 2020, 53 % de la population européenne vivait dans une maison, tandis que 46 % vivait dans un appartement (1 % vivait dans un autre type de logement, comme une péniche, une camionnette, etc.)

Dans ce classement, c'est l'Irlande qui a enregistré la plus forte proportion de la population vivant dans une maison, avec un taux élevé de 92 %. Elle est suivie de la Croatie (78 %), de la Belgique (77 %) - donc troisième de ce classement - et des Pays-Bas (75 %).

A l'inverse, les parts les plus élevées pour les appartements ont été observées en Espagne (66 %), en Lettonie (65 %), et en Estonie (61 %).

Les chiffres varient également selon le milieu de vie. Ainsi, dans les villes, 72 % de la population de l'UE vivait dans un appartement et 28 % dans une maison. Dans les zones rurales, 82 % de la population vivait dans une maison et seulement 18 % dans un appartement. En Belgique, ces chiffres sont au dessus de la moyenne européenne en zones rurales, puisque 93% de la population vit dans une maison, contre 7% en appartement. En ville, ces taux sont respectivement de 52% et 48%.

La Belgique, 2e pays avec les plus grands logements

Eurostat a ici calculé la taille des logements en fonction du nombre moyen de pièces par personne. Il y avait ainsi en moyenne 1,6 pièce par personne dans l'UE en 2020. Parmi les États membres, les nombres les plus élevés ont été enregistrés à Malte (2,3 pièces par personne), en Belgique et en Irlande (2,1 pièces chacun).

À l'autre bout de l'échelle se trouvent la Roumanie (1,1 pièce), la Croatie, la Lettonie, la Pologne ou encore la Slovaquie, toutes avec 1,2 pièce en moyenne par personne.

Pour compléter cette évaluation, l'agence européenne a également compté le nombre de personnes par ménage. Il y avait en moyenne 2,3 personnes par ménage dans l'UE en 2020. Parmi les États membres, ce nombre variait de 2,9 personnes en Slovaquie, 2,8 en Pologne et 2,7 en Croatie, à 2 personnes en Allemagne, au Danemark, en Finlande et en Suède. La Belgique se retrouve pile en milieu de tableau avec 2,3 personnes par ménage.

Mais ces pourcentages ne veulent pas forcément dire que tous les européens vivent dans de bonnes conditions.

18 % de la population de l'UE vit dans un logement surpeuplé

Pour s'attacher à connaitre la qualité du logement dans l'UE, Eurostat a évalué les taux de surpopulation dans les logements.

En 2020, 17,8 % de la population de l'UE vit dans un tel logement, contre 19,1 % en 2010. En légère amélioration donc. Encore une fois, ce sont les populations des pays de l'Est qui sont les plus touchées par cette problématique. En 2020, les taux de surpeuplement les plus élevés étaient ainsi observés en Roumanie (45,1 %), en Lettonie (42,5 %) et en Bulgarie (39,5 %).

Les résultats côté belge montrent un pic entre 2015 et 2017. Si seulement 1,6% de la population belge vivait dans une logement surpeuplé en 2015, ce taux passe à 5,7% en 2017. Un taux qui n'a pas bougé depuis.

A côté de cela, dans l'Union européenne en 2020, près d'un tiers de la population (32,5 %) vit dans un logement sous-occupé. Les parts les plus élevées ont été enregistrées à Malte (72,5 %), à Chypre (71,4 %) et en Irlande (63,3 %). Selon l'agence européenne, "la cause classique de la sous-occupation est le fait que des personnes âgées ou des couples restent dans leur logement après que leurs enfants ont grandi et sont partis".

Enfin, Eurostat ajoute qu'environ 14 % de la population de l'UE vit dans un logement dont le toit fuit. La Belgique est au dessus de cette moyenne avec un taux de 15,7% .

Aurore Dessaigne

Eurostat, la référence européenne en matière de data, nous a livré un bilan 2021 de l'état des logements dans les différents Etats membres de l'Union européenne. Une longue étude qui comprend des catégories comme la qualité des logements, leurs impacts environnementaux ou encore l'évolution des prix. Nous nous focaliserons ici sur le statut des habitants (propriétaire ou locataire) et au type, à la taille et à la qualité des logements. Une large partie des citoyens européens sont propriétaires de leur logement. Ainsi, en 2020, 70 % de la population vivait dans un ménage propriétaire, tandis que les 30 % restants vivaient dans un logement loué. La différence Est-Ouest est encore ici très marquée. En effet, ce sont dans les pays européens de l'Est que nous trouvons le plus de propriétaires. Les taux les plus élevés ont été observés en Roumanie (96 % de ménages propriétaires), en Slovaquie (92 %), en Croatie et en Hongrie (91 % chacun). Bien que dans tous les États membres, la propriété reste majoritaire, les taux sont beaucoup moins élevés en Europe de l'Ouest. C'est en Allemagne que l'on trouve le plus de ménages locataires, avec une part de propriétaires très légèrement au dessus des 50 %. Elle est suivie par l'Autriche avec 55% de ménages prioriétaires, le Danemark avec 59%, et la France avec 64%.Et la Belgique dans tout cela ? Nous nous retrouvons en milieu de tableau, avec un taux de ménages propriétaires de 71% et un taux de locataires de 29%. Un classement peut étonnant quand on regarde les prix des logements dans l'UE. C'est en effet dans les pays de l'Est que les prix sont les plus bas et dans l'Europe de l'Ouest qu'ils sont les plus élevés.Le fait de vivre dans une maison ou un appartement varie également d'un État membre à l'autre, sans distinction géographique. Ainsi, en 2020, 53 % de la population européenne vivait dans une maison, tandis que 46 % vivait dans un appartement (1 % vivait dans un autre type de logement, comme une péniche, une camionnette, etc.) Dans ce classement, c'est l'Irlande qui a enregistré la plus forte proportion de la population vivant dans une maison, avec un taux élevé de 92 %. Elle est suivie de la Croatie (78 %), de la Belgique (77 %) - donc troisième de ce classement - et des Pays-Bas (75 %). A l'inverse, les parts les plus élevées pour les appartements ont été observées en Espagne (66 %), en Lettonie (65 %), et en Estonie (61 %). Les chiffres varient également selon le milieu de vie. Ainsi, dans les villes, 72 % de la population de l'UE vivait dans un appartement et 28 % dans une maison. Dans les zones rurales, 82 % de la population vivait dans une maison et seulement 18 % dans un appartement. En Belgique, ces chiffres sont au dessus de la moyenne européenne en zones rurales, puisque 93% de la population vit dans une maison, contre 7% en appartement. En ville, ces taux sont respectivement de 52% et 48%. Eurostat a ici calculé la taille des logements en fonction du nombre moyen de pièces par personne. Il y avait ainsi en moyenne 1,6 pièce par personne dans l'UE en 2020. Parmi les États membres, les nombres les plus élevés ont été enregistrés à Malte (2,3 pièces par personne), en Belgique et en Irlande (2,1 pièces chacun). À l'autre bout de l'échelle se trouvent la Roumanie (1,1 pièce), la Croatie, la Lettonie, la Pologne ou encore la Slovaquie, toutes avec 1,2 pièce en moyenne par personne.Pour compléter cette évaluation, l'agence européenne a également compté le nombre de personnes par ménage. Il y avait en moyenne 2,3 personnes par ménage dans l'UE en 2020. Parmi les États membres, ce nombre variait de 2,9 personnes en Slovaquie, 2,8 en Pologne et 2,7 en Croatie, à 2 personnes en Allemagne, au Danemark, en Finlande et en Suède. La Belgique se retrouve pile en milieu de tableau avec 2,3 personnes par ménage. Mais ces pourcentages ne veulent pas forcément dire que tous les européens vivent dans de bonnes conditions.Pour s'attacher à connaitre la qualité du logement dans l'UE, Eurostat a évalué les taux de surpopulation dans les logements. En 2020, 17,8 % de la population de l'UE vit dans un tel logement, contre 19,1 % en 2010. En légère amélioration donc. Encore une fois, ce sont les populations des pays de l'Est qui sont les plus touchées par cette problématique. En 2020, les taux de surpeuplement les plus élevés étaient ainsi observés en Roumanie (45,1 %), en Lettonie (42,5 %) et en Bulgarie (39,5 %). Les résultats côté belge montrent un pic entre 2015 et 2017. Si seulement 1,6% de la population belge vivait dans une logement surpeuplé en 2015, ce taux passe à 5,7% en 2017. Un taux qui n'a pas bougé depuis.A côté de cela, dans l'Union européenne en 2020, près d'un tiers de la population (32,5 %) vit dans un logement sous-occupé. Les parts les plus élevées ont été enregistrées à Malte (72,5 %), à Chypre (71,4 %) et en Irlande (63,3 %). Selon l'agence européenne, "la cause classique de la sous-occupation est le fait que des personnes âgées ou des couples restent dans leur logement après que leurs enfants ont grandi et sont partis".Enfin, Eurostat ajoute qu'environ 14 % de la population de l'UE vit dans un logement dont le toit fuit. La Belgique est au dessus de cette moyenne avec un taux de 15,7% . Aurore Dessaigne