Les règles pour le secteur évènementiel s'éclaircissent en Belgique et dans les pays voisins. Les frontières commencent à s'ouvrir. Les peurs diminuent voire disparaissent. L'Union Européenne qui était considérée comme une des pires régions du monde en termes de risque de Coronavirus apparait aujourd'hui presque comme un sanctuaire. Mais la hantise d'une deuxième vague reste dans toutes les têtes.

Et donc, les organisateurs de salon ne savent toujours pas sur quel pied danser. Il y a ceux refusant de voir la réalité qui se disent que tout est comme avant et tentent de forcer leurs exposants ayant déjà signé à venir ; il y a les pessimistes qui préfèrent postposer à beaucoup plus tard car ils se disent que c'est peine perdue et puis il y a ceux qui remarquent que pas mal d'entreprises sont prêtes à revenir mais sans avoir la certitude que cela sera suffisant pour faire de la foire ou du salon un succès.

Beaucoup ont donc choisi de sonder leurs exposants pour connaître leurs intentions. Ces actions sont valables pour les entreprises européennes. Dès que les exposants ou les visiteurs viennent de l'extérieur de l'Union Européenne, tout le monde a le sentiment que ces frontières ne sont pas prêtes à s'ouvrir.

Toutes ces incertitudes posent à ma start-up des difficultés pour proposer ses services. En effet, tant que les salons et foires ne sont pas confirmés, peu de choses se passent. Par contre, un besoin est criant dans le secteur : l'information. Les organisateurs de salon veulent savoir quels sont les intentions des exposants et des visiteurs. Ils veulent également savoir qui est suffisamment impacté par la crise que pour mettre sa survie en péril. Mais cela vaut également pour les exposants ou les visiteurs. Il y a un effet de mimétisme important. Il est donc important d'avoir une information fiable pour prendre sa décision.

En attendant un retour plus à la normale du secteur, nous avons donc décidé chez My-stand.com d'aider l'industrie à avoir plus d'informations fiables sur ces différents points. Nous lançons ces prochains jours une grande opération de recueil d'information auprès des entreprises concernées. Cela permettra au secteur de mieux comprendre leurs souhaits et leurs craintes et d'ainsi mieux anticiper les attentes.

L'idée est de donner des outils aux organisateurs, aux exposants et aux visiteurs pour que les futurs salons, foires et événements répondent aux attentes des différentes parties tout en restant viables et rentables.

Chez My-Stand.com, nous devons faire preuve d'un maximum d'agilité car ce pivot temporaire n'avait évidemment pas été prévu. Cette approche doit nous permettre d'asseoir notre légitimité et d'accroître notre visibilité. Il n'est donc pas attendu de retour financier immédiat. Il s'agit d'un investissement qui, nous l'espérons, sera payant dans les prochains mois. En attendant, nous ne nous reposons donc pas et continuons à aller de l'avant.

Les règles pour le secteur évènementiel s'éclaircissent en Belgique et dans les pays voisins. Les frontières commencent à s'ouvrir. Les peurs diminuent voire disparaissent. L'Union Européenne qui était considérée comme une des pires régions du monde en termes de risque de Coronavirus apparait aujourd'hui presque comme un sanctuaire. Mais la hantise d'une deuxième vague reste dans toutes les têtes.Et donc, les organisateurs de salon ne savent toujours pas sur quel pied danser. Il y a ceux refusant de voir la réalité qui se disent que tout est comme avant et tentent de forcer leurs exposants ayant déjà signé à venir ; il y a les pessimistes qui préfèrent postposer à beaucoup plus tard car ils se disent que c'est peine perdue et puis il y a ceux qui remarquent que pas mal d'entreprises sont prêtes à revenir mais sans avoir la certitude que cela sera suffisant pour faire de la foire ou du salon un succès.Beaucoup ont donc choisi de sonder leurs exposants pour connaître leurs intentions. Ces actions sont valables pour les entreprises européennes. Dès que les exposants ou les visiteurs viennent de l'extérieur de l'Union Européenne, tout le monde a le sentiment que ces frontières ne sont pas prêtes à s'ouvrir.Toutes ces incertitudes posent à ma start-up des difficultés pour proposer ses services. En effet, tant que les salons et foires ne sont pas confirmés, peu de choses se passent. Par contre, un besoin est criant dans le secteur : l'information. Les organisateurs de salon veulent savoir quels sont les intentions des exposants et des visiteurs. Ils veulent également savoir qui est suffisamment impacté par la crise que pour mettre sa survie en péril. Mais cela vaut également pour les exposants ou les visiteurs. Il y a un effet de mimétisme important. Il est donc important d'avoir une information fiable pour prendre sa décision.En attendant un retour plus à la normale du secteur, nous avons donc décidé chez My-stand.com d'aider l'industrie à avoir plus d'informations fiables sur ces différents points. Nous lançons ces prochains jours une grande opération de recueil d'information auprès des entreprises concernées. Cela permettra au secteur de mieux comprendre leurs souhaits et leurs craintes et d'ainsi mieux anticiper les attentes.L'idée est de donner des outils aux organisateurs, aux exposants et aux visiteurs pour que les futurs salons, foires et événements répondent aux attentes des différentes parties tout en restant viables et rentables.Chez My-Stand.com, nous devons faire preuve d'un maximum d'agilité car ce pivot temporaire n'avait évidemment pas été prévu. Cette approche doit nous permettre d'asseoir notre légitimité et d'accroître notre visibilité. Il n'est donc pas attendu de retour financier immédiat. Il s'agit d'un investissement qui, nous l'espérons, sera payant dans les prochains mois. En attendant, nous ne nous reposons donc pas et continuons à aller de l'avant.