"A partir de demain, nous allons retourner voir nos militants et demander qu'ils prennent la température auprès des travailleurs", a indiqué le président de la FGTB. "L'objectif est de déterminer si nous pouvons obtenir la mobilisation nécessaire et jusqu'où nous pouvons aller."

Entre 70.000 et 80.000 personnes se sont rassemblées lundi à Bruxelles, selon les estimations respectives de la police et des syndicats. Ces derniers avaient appelé à manifester pour défendre le pouvoir d'achat et réclamer une modification de la loi sur la norme salariale qui "étouffe" la négociation des salaires, selon eux. Pour la FGTB, la manifestation est une "réussite absolue" en termes de nombre.

La dernière manifestation de cet acabit remonte à 2015, sous le gouvernement Michel. Pour la secrétaire générale de la CSC Marie-Hélène Ska, il s'agit d'une "belle mobilisation" qui prouve que les revendications des syndicats sont "sérieuses". "Nous attendons désormais une réponse adéquate." La CSC ne se prononce pas encore sur la poursuite des actions à la rentrée et se concentre plutôt sur l'audition des syndicats au parlement fédéral le 29 juin prochain, a ajouté Mme Ska.

"A partir de demain, nous allons retourner voir nos militants et demander qu'ils prennent la température auprès des travailleurs", a indiqué le président de la FGTB. "L'objectif est de déterminer si nous pouvons obtenir la mobilisation nécessaire et jusqu'où nous pouvons aller." Entre 70.000 et 80.000 personnes se sont rassemblées lundi à Bruxelles, selon les estimations respectives de la police et des syndicats. Ces derniers avaient appelé à manifester pour défendre le pouvoir d'achat et réclamer une modification de la loi sur la norme salariale qui "étouffe" la négociation des salaires, selon eux. Pour la FGTB, la manifestation est une "réussite absolue" en termes de nombre. La dernière manifestation de cet acabit remonte à 2015, sous le gouvernement Michel. Pour la secrétaire générale de la CSC Marie-Hélène Ska, il s'agit d'une "belle mobilisation" qui prouve que les revendications des syndicats sont "sérieuses". "Nous attendons désormais une réponse adéquate." La CSC ne se prononce pas encore sur la poursuite des actions à la rentrée et se concentre plutôt sur l'audition des syndicats au parlement fédéral le 29 juin prochain, a ajouté Mme Ska.