Spécialisée dans la distribution de produits bios en vrac, la chaîne bruxelloise de magasins The Barn est active depuis cinq ans, principalement dans la capitale où elle compte cinq "marchés", auxquels s'ajoute une adresse à Anvers. Elle propose seulement 650 références, mais en gros volumes. Désireuse de raccourcir son circuit d'approvisionnement en fruits et légumes, The Barn a décidé de devenir elle-même un acteur de...

Spécialisée dans la distribution de produits bios en vrac, la chaîne bruxelloise de magasins The Barn est active depuis cinq ans, principalement dans la capitale où elle compte cinq "marchés", auxquels s'ajoute une adresse à Anvers. Elle propose seulement 650 références, mais en gros volumes. Désireuse de raccourcir son circuit d'approvisionnement en fruits et légumes, The Barn a décidé de devenir elle-même un acteur de la production grâce à la location de terres agricoles à Chaumont-Gistoux, les "Potagers de la Grange". Au total, 1,2 hectare est ainsi dédié au projet de maraîchage de l'entreprise. Cette production maison est aujourd' hui écoulée sans intermédiairedans le premier marché que l'enseigne a ouvert, à Etterbeek. Aubaine pour les fondateurs, il s'agit en réalité d'une reprise de projet. Les infrastructures étaient en place et l'activité déjà rentable. Soucieuse de soutenir les producteurs locaux, The Barn s'était déjà associée à des projets de maraîchage. L'entreprise, qui emploie 140 personnes, recourt autant que possible à des chaînes d'approvisionnement courtes et travaille déjà avec des producteurs dans un rayon de 40 kilomètres autour de chaque point de vente. Dans la pratique, chacun de ces "marchés" de l'enseigne collabore en direct avec un maraîcher cultivant sur une surface de maximum deux hectares. "Notre envie, avec les Potagers de la Grange, n'est pas de supplanter nos autres partenariats. On ne compte pas non plus réinventer la roue. Mais on souhaite vraiment épauler l'agriculture biologique à la hauteur de nos moyens", explique Quentin Labrique, l'un des fondateurs à nos confrères du Vif. Les barners, les personnes qui travaillent pour le magasin, sont également invités à visiter et travailler dans les cultures pendant l'été afin d'en apprendre plus sur la terre et le métier d'agriculteur. Grâce à ces partenariats, The Barn peut superviser sa production et s'assurer que ses exigences en termes de durabilité sont respectées. Les agriculteurs, quant à eux, reçoivent un revenu fixe.