Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/10/18 à 09:53 - Mise à jour à 09:53

Pourquoi la voiture électrique, c'est aussi des pertes d'emplois à la clé

La voiture électrique est la star du Mondial de l'automobile qui s'ouvre en ce moment à Paris. C'est aussi l'occasion pour Amid Faljaoui, notre chroniqueur économique, d'expliquer les freins à l'usage de cette voiture électrique.

Pourquoi la voiture électrique, c'est aussi des pertes d'emplois à la clé

© iStock

Les amateurs de voitures -et ils sont nombreux à lire cette chronique- se rendront sans doute au Mondial de l'automobile qui a ouvert ses portes à Paris ou plus précisément à Versailles. Si c'est le cas, ils vont découvrir que les vedettes des travées ne vrombissent pas mais sont au contraire très silencieuses.

La presse a raison d'affirmer que l'année 2018 sera l'année des voitures électriques. Jusqu'à présent, l'offre de voitures électriques restait limitée : 4 véhicules en tout et pour tout se partagent aujourd'hui 60% des ventes.

Je parle de la Nissan LEAF, de la Renault ZOE, de la Volkswagen e-Golf, et de la BMW i3. Mais durant la fin de cette année, et surtout en 2019, d'autres modèles vont arriver et l'offre de voitures électriques sera enfin plus étoffée.

Les prix varieront de 25.000 à 80.000 euros et avec une autonomie d'un peu plus de 400 kilomètres. Les constructeurs s'y mettent enfin, et surtout parce qu'ils n'ont pas le choix.

Après le scandale du diesel, ils ont peur de devoir payer des amendes énormes à la commission européenne pour non-respect des normes d'émissions de CO2. Mais le parc de voitures électriques n'a pas encore décollé.

Partager

On ne s'en rend pas encore compte, mais le jour où les voitures électriques seront généralisées, cela créera un vrai problème social.

Aujourd'hui encore, les ventes de voitures 100% électriques pèsent à peine 1% du marché européen : c'est rien.

Et c'est normal, car il y a des freins. Le prix d'abord, mais aussi le problème de la recharge. Les constructeurs essaient de pousser les gouvernements dans le dos en leur disant que c'est à eux de développer l'infrastructure de recharge.

Et les gouvernements leur renvoient la patate chaude en disant que c'est au privé à s'en occuper. Le problème, c'est que pour le privé, ce n'est pas rentable. Un consultant interrogé par mes confrères des Echos confirme que tenant compte d'un taux d'utilisation de 10 ou 15% et pour avoir un retour sur investissement en 3 ans, une recharge électrique devrait être vendue au prix.... d'un plein d'essence! Autrement dit, recharger sa voiture électrique hors de sa maison ou de son travail coûterait un pont.

Et puis, on ne se rend pas compte que le jour où les voitures électriques seront généralisées, cela créera un vrai problème social.

En effet, selon ce même consultant interrogé par Les Echos, il faut 6 heures pour produire un groupe motopropulseur thermique, il faut 9 heures pour en fait un hybrique et il faut seulement 4 heures pour un bloc électrique... en Chine. Donc, oui l'électrique, c'est aussi des pertes d'emplois à la clé. Décidément, rien n'est simple dans cette équation de la voiture électrique.

Nos partenaires