Pas moins de 5,5 milliards de dollars pour Chevron, 22,4 pour ExxonMobil, 20,3 pour BP, 21,7 pour Shell. Les pertes encourues en 2020 par les grands groupes pétroliers sont vertigineuses. Il ne manque que les résultats de Total qui devraient être annoncés sous peu.
...

Pas moins de 5,5 milliards de dollars pour Chevron, 22,4 pour ExxonMobil, 20,3 pour BP, 21,7 pour Shell. Les pertes encourues en 2020 par les grands groupes pétroliers sont vertigineuses. Il ne manque que les résultats de Total qui devraient être annoncés sous peu. L'ensemble du secteur a été violemment frappé par l'effondrement brutal de la consommation de pétrole et de gaz suite à la pandémie. La demande va rester déprimée pendant encore un bon moment. Le Covid-19 a aussi entraîné une chute vertigineuse des cours du pétrole qui furent même négatifs un bref moment en avril dernier. Cette chute a contraint tous les grands groupes à de solides dépréciations d'actifs dont les effets se voient dans leurs bilans 2020. Des bilans négatifs jamais vu depuis près de 50 ans sauf chez BP suite à l'accident de la plateforme Deepwater Horizon. Cette situation catastrophique conduit les grands groupes à accélérer leur mutation vers le renouvelable. BP, Shell et Total sont tous les trois bien engagés dans cette transformation radicale qui passe par une réduction des coûts et une restructuration afin de financer les investissements durables. Pour les Américains, les choses sont moins claires puisque tant Chevron qu'Exxon se refusent jusqu'ici à prendre cette voie. La donne pourrait changer avec l'arrivée de Joe Biden à la présidence et l'adoption de législations limitant la dépendance aux énergies fossiles. Les deux groupes ont discuté, vainement, d'une fusion l'an dernier. La négociation a sans doute repris aujourd'hui du poil de la bête, vu la situation financière. Une fusion leur permettrait d'économiser 25 milliards de dollars annuellement. Une manne qui pourrait servir à investir dans le durable...