En cette (presque) fin d'année, la reprise économique est à nos portes, comme le souligne Antoine Fruchard, CEO chez Safe (assurance-finance) : "Tous les indicateurs économiques semblent expliquer cette reprise de la consommation en Belgique : les salaires sont à la hausse, le chômage en baisse et l'inflation importante. Il ne serait donc pas surprenant que cette tendance de reprise économique se confirme en 2022 puis en 2023, années où les niveaux d'avant la pandémie pourraient être atteints puis dépassés. Toutefois, cela dépendra des évolutions de la pandémie - qui n'a pas encore dit son dernier mot".

Cette année, selon une étude de Safe, les Belges semblent donc de nouveau enclins à relâcher la bride de leurs finances pour Saint-Nicolas. Même si le budget par enfant reste éloigné des niveaux qu'il pouvait atteindre avant la pandémie, la somme allouée à la Saint Nicolas sera en hausse de 15% par rapport à 2020. En effet, le Belge dépensera, en moyenne et par enfant, 68,2 euros contre 58 euros en 2020. Les finances du Grand Saint avaient été touchées par le Covid l'année dernière. Le budget avait dévissé de 25% en pleine deuxième vague (58 euros en 2020 contre 77 euros en 2019).

Si le saint patron des enfants sages a vu son allocation augmenter ainsi, c'est également car l'inflation est passée par là. En effet, au mois d'octobre de cette année, l'inflation a atteint un niveau record à 4,16 % chez nous alors que c'était 3% qui étaient prévus en global sur l'année 2021. Ce facteur a forcément eu un impact sur le renchérissement du prix des cadeaux offerts pour la Saint-Nicolas.

Père Noël plus riche que Saint Nicolas

Mais même malgré cette hausse, Grand Saint perd de l'argent et voit son allocation de travail se réduire au fil des ans. Un déclin qui est même une constante depuis 5 ans (entre 2015 et 2020) car Saint-Nicolas a vu son budget raboté par... le Père Noël !

Si le budget moyen alloué par les Belges à Saint-Nicolas a en effet diminué de 60 euros, passant de 203 euros par foyer en 2015 à 143 euros en 2020 (soit - 29,6 %), à l'inverse la hotte du Père Noël n'a cessé d'enfler dans le même temps, passant de 150 euros en 2015 à 274 euros en 2020 (soit + 82,7 %).

Parallèlement, le budget global des fêtes de fin d'année a continuellement augmenté, lui aussi, entre 2015 et 2020, passant de 353 à 417 euros (soit une hausse de 15 %).

En cette (presque) fin d'année, la reprise économique est à nos portes, comme le souligne Antoine Fruchard, CEO chez Safe (assurance-finance) : "Tous les indicateurs économiques semblent expliquer cette reprise de la consommation en Belgique : les salaires sont à la hausse, le chômage en baisse et l'inflation importante. Il ne serait donc pas surprenant que cette tendance de reprise économique se confirme en 2022 puis en 2023, années où les niveaux d'avant la pandémie pourraient être atteints puis dépassés. Toutefois, cela dépendra des évolutions de la pandémie - qui n'a pas encore dit son dernier mot". Cette année, selon une étude de Safe, les Belges semblent donc de nouveau enclins à relâcher la bride de leurs finances pour Saint-Nicolas. Même si le budget par enfant reste éloigné des niveaux qu'il pouvait atteindre avant la pandémie, la somme allouée à la Saint Nicolas sera en hausse de 15% par rapport à 2020. En effet, le Belge dépensera, en moyenne et par enfant, 68,2 euros contre 58 euros en 2020. Les finances du Grand Saint avaient été touchées par le Covid l'année dernière. Le budget avait dévissé de 25% en pleine deuxième vague (58 euros en 2020 contre 77 euros en 2019).Si le saint patron des enfants sages a vu son allocation augmenter ainsi, c'est également car l'inflation est passée par là. En effet, au mois d'octobre de cette année, l'inflation a atteint un niveau record à 4,16 % chez nous alors que c'était 3% qui étaient prévus en global sur l'année 2021. Ce facteur a forcément eu un impact sur le renchérissement du prix des cadeaux offerts pour la Saint-Nicolas.Père Noël plus riche que Saint NicolasMais même malgré cette hausse, Grand Saint perd de l'argent et voit son allocation de travail se réduire au fil des ans. Un déclin qui est même une constante depuis 5 ans (entre 2015 et 2020) car Saint-Nicolas a vu son budget raboté par... le Père Noël ! Si le budget moyen alloué par les Belges à Saint-Nicolas a en effet diminué de 60 euros, passant de 203 euros par foyer en 2015 à 143 euros en 2020 (soit - 29,6 %), à l'inverse la hotte du Père Noël n'a cessé d'enfler dans le même temps, passant de 150 euros en 2015 à 274 euros en 2020 (soit + 82,7 %). Parallèlement, le budget global des fêtes de fin d'année a continuellement augmenté, lui aussi, entre 2015 et 2020, passant de 353 à 417 euros (soit une hausse de 15 %).