Ces dernières semaines, les investisseurs en actions des géants de l'intérim ont plus d'une fois avalé leur café de travers. Adecco, acteur suisse majeur, a surpris tout le monde fin février avec une dépréciation de valeur de 270 millions d'euros liée à ses activités en Allemagne. La société néerlandaise Randstad, aux prises avec Adecco pour le leadership mondial, a comptabilisé une perte de 103 millions d'euros résultant du site d'offres d'emploi Monster qu'elle s'est offert en 2016. Mais surtout, les résultats pour 2018 indiquent une croissance à la traîne, principalement en Europe.
...