Les clubs de foot qui valent le plus cher en Bourse

Les clubs de foot qui valent le plus cher en Bourse
Fondé en 1907, ce club de la rive asiatique d'Istanbul pèse 10,5% de l'indice DJ Stoxx Football en capitalisation boursière, soit 70 millions d'euros pour un flottant de 15% d'actions mises sur le marché. Fenerbahçe, société omnisports, a diversifié ses activités dans de nombreux secteurs. Le club a ainsi crée Fenerium, une entreprise spécialisée dans le prêt-à-porter (64 magasins dans le monde), en 2000. Fenerbahçe dégage chaque année 25 à 30 millions de bénéfice et le rendement de dividende est supérieur à 4%. Son action est cotée à 45 euros. © Reuters

Fenerbahçe : 469 millions d'euros © Reuters

Fondé en 1907, ce club de la rive asiatique d'Istanbul pèse 10,5% de l'indice DJ Stoxx Football en capitalisation boursière, soit 70 millions d'euros pour un flottant de 15% d'actions mises sur le marché. Fenerbahçe, société omnisports, a diversifié ses activités dans de nombreux secteurs. Le club a ainsi crée Fenerium, une entreprise spécialisée dans le prêt-à-porter (64 magasins dans le monde), en 2000. Fenerbahçe dégage chaque année 25 à 30 millions de bénéfice et le rendement de dividende est supérieur à 4%. Son action est cotée à 45 euros.

Galatasaray : 346 millions d'euros © Reuters

Galatasaray affiche une insolente réussite boursière. L'action du club est cotée à 182 euros, soit une hausse de 40% depuis son introduction en bourse. Comme ses voisins d'Istanbul, le club, propriétaire d'un îlot sur le Bosphore et de plusieurs terrains immobilliers à très forte valeur, a diversifié ses revenus. Galatasaray pèse 11,85% de l'indice DJ Stoxx football avec une valeur de 79,5 millions d'euros pour 22% de son capital, soit la plus élevée d'Europe.

Trabzonspor : 236 millions d'euros © Reuters

Seule équipe anatolienne à rivaliser avec les clubs d'Istanbul dans le championnat turc, Trabzonspor affiche la cinquième capitalisation boursière d'Europe avec 59 millions d'euros.

Besiktas : 216 millions d'euros © Reuters

Troisième club d'Istanbul sur le plan sportif, Besiktas affiche des performances financières comparables à ses grands rivaux avec 75,5 millions d'euros de capitalisation boursière. Les "Aigles noirs" pèsent plus de 11% de l'indice boursier européen contre seulement 1,39% en 2007.

Tottenham : 195 millions d'euros © Reuters

Tottenham est le premier club européen à être entré en bourse en 1983. Dernier grand club anglais coté sur le DJ Stoxx football, il est aux mains d'un milliardaire britannique. Le cours de l'action, fixé à 3 euros lors de son introduction en bourse en 2000, a chuté à 0,63 euros après un "pic" à 1,78 euros en 2007. En terme de capitalisation boursière, le club de Londres ferme le Top 10 européen avec 27 millions d'euros pour 14% de ses actions.

Juventus de Turin : 173 millions d'euros © Reuters

La Juventus de Turin est entrée en bourse en 2002. Introduite autour de 4 euros, l'action du club s'est écroulée à 0,84 centimes d'euro. La brève relégation des "Bianconeri" en deuxième divison en 2006 et les résultats sportifs en berne depuis ont fortement pesé sur la situation économique du club. La capitalisation boursière des Turinois est de 55 millions d'euros.

AS Rome : 100 millions d'euros © Reuters

En 2000, les dirigeants romains profitent de l'argent levé par l'entrée en bourse de leur club pour acheter le joueur argentin Gabriel Batistuta contre 36 millions d'euros. Champion en 2001, la Roma perd ensuite pied sur le terrain. Introduite à 3,56 euros, l'action a chuté à 0,76 centimes d'euro.

FC Copenhague : 83 millions d'euros © Reuters

L'équipe de la capitale du Danemark dont l'action vaut 14 euros, est cotée en bourse sous le nom de Parken Sports. Ce groupe propriétaire du club détient un centre de fitness, un pôle de loisirs, un club de handball, une billeterie en ligne d'évènements sportifs... Son action s'est envolée de 700% depuis son introduction en bourse et son chiffre d'affaires a été multiplié par 47. Le club pèse 10,5% de l'indice européen avec une capitalisation boursière de 70,4 millions d'euros.

Olympique lyonnais : 76 millions d'euros © Reuters

Jean-Michel Aulas, le président du club en a rêvé, l'OL l'a fait. Introduit en bourse en 2006 à 24 euros, Lyon disait vouloir lever de l'argent pour financer "OL Land", son parc commercial et sportif. Depuis c'est la dégringolade. En raison des multiples reports du projet, l'action a chuté à 5,80 euros. Les résultats sportifs décevants depuis trois ans ont aussi pesés sur le cours de l'action. Avec 40% de ses actions sur le marché, l'OL était pourtant le poids lourd du DJ Stoxx Football Index en 2007.

Borussia Dortmund : 71 millions d'euros © Reuters

Le club de la Rhur a traversé une passe économique très difficile au milieu des années 2000 et a évité de justesse la faillite. La dette du club a atteint 118 millions d'euros en 2005. Depuis, Dortmund a assaini ses finances. L'endettement a diminué et le cours en bourse est passé de 0,8 euro en juillet 2010 à 2,60 euros aujourd'hui. L'action valait cependant 11 euros lors de l'introduction en bourse en 2000. Champion d'Allemagne cette année, le Borussia pèse 7,7% du DJ Stoxx football en capitalisation boursière (59 millions d'euros).