Sur le site de l'entreprise de télécoms, on pouvait lire jusqu'il y a peu à la page de présentation du successeur de Dominique Leroy: "Mr. Boutin est titulaire d'un Master en administration des affaires de HEC Paris et d'un Executive MBA de l'INSEAD." Sauf qu'il nous revient aux oreilles que Guillaume Boutin n'aurait pas suivi d'"Executive MBA" dans cette école supérieure de commerce influente. Pour rappel, ces cours destinés aux cadres supérieurs les plus expérimentés se déroulent généralement en horaire décalé sur une période de maximum deux ans.

Contactée par nos soins, l'INSEAD déclare qu'elle ne peut malheureusement pas commenter le contenu du site de Proximus. L'école nous confirme toutefois que Guillaume Boutin a bien suivi en 2009 un programme de formation sur mesure ("Customer-Specific Program" (CSP) dans le jargon) intitulé 'Building the Future" lorsqu'il était employé chez SFR, à l'époque propriété de Vivendi. L'INSEAD nous précise encore que cette formation de 29 jours au total articulée en quatre modules et en deux "Learning Expeditions" n'est cependant pas qualifiée d'"Executive MBA".

© www.proximus.com

Chez Proximus, on cafouille. Dans un premier temps, le porte-parole de l'opérateur nous dit, en se basant sur le CV de Guillaume Boutin qu'il a sous la main, que ce dernier a bien suivi un "Executive MBA" chez SFR.

Après vérification, il rectifie et évoque plutôt un "Specific MBA Program for Vivendi Executives" tout en avouant une erreur d'interprétation dans le chef de la personne qui a rédigé le profil du dirigeant français fraîchement nommé. "La terminologie n'est, en effet, pas correcte. La personne qui a rédigé le profil de Mr. Boutin parle d'un 'Executive MBA' au lieu d'un 'MBA for executives'. Ce qui n'est évidemment pas le même niveau de formation." Il nous assure que "ce n'était pas du tout une volonté de gonfler le CV de Guillaume Boutin".

Entretemps, le texte publié sur le site de Proximus a été modifié. On peut maintenant y lire : "Mr. Boutin a suivi un "MBA program for executives (INSEAD)"".

Levée de boucliers des Alumni

Mais du côté des Anciens de l'INSEAD, des réactions, étonnées, voire outrées, fusent. Selon un Alumni de l'INSEAD qui nous a contactés, le titre "MBA for executives" existe bien mais Guillaume Boutin ne le possède pas. "L'INSEAD a deux 'MBA programmes for executives': le Global MBA (GEMBA) et le Tsinghua Insead MBA (TIEMBA). Le terme existe mais Mr Boutin n'a aucun des deux. Son programme est une formation courte non diplômante", explique-t-il.

Sans remettre en cause les compétences professionnelles de Guillaume Boutin en tant que CEO, il regrette que le terme "MBA", un master en affaires des plus exigeants qui demande de nombreux sacrifices, autant financier (environ 200.000 dollars) qu'en qualité de vie soit assimilé à une formation de quelques jours. Ce qui, selon cet ancien étudiant, met à mal le prestige de la Business School française et dévalorise les personnes détenant un véritable "MBA". Il ajoute comme explication : " A l'INSEAD, on ne veut sans doute pas être en porte-à-faux avec SFR car les formations de ce type rapportent beaucoup d'argent, jusqu'à 15.000 euros par dirigeant d'entreprise ". 45% des ventes de l'INSEAD, et la majorité de ses profits, repose en effet sur ces programmes non diplômants.

Un autre Alumini se dit "furieux" qu'une personne haut placée "abuse d'un titre qu'il ne possède pas": "Guillaume Boutin a simplement suivi un programme établi à la demande d'une entreprise (CSP - Company-Specific Program) qui est donné par des professeurs de l'INSEAD mais n'est absolument pas qualifiant pour se prévaloir d'un diplôme de l'INSEAD. On est à des années-lumière d'un MBA ou d'un Executive MBA!" Il espère "que Mr Boutin n'ait pas influencé avec ce titre galvaudé le chasseur de têtes, ni le Conseile d'Administration de Proximus" et appelle l'entreprise de télécoms à défendre les titres et diplômes des Anciens de l'école française.

Suite à ces différentes réactions, Proximus nous annonce avoir décidé de modifier l'intitulé de la formation en "Corporate program for executives "CSP" at INSEAD ", pour éviter toute confusion. Rendons à César ce qui est à César...