Le marché net de la publicité télévisée en Belgique francophone a été estimé en baisse de 10,3% en 2020, selon RTL. Une conséquence de la crise et de la frilosité des annonceurs face à une croissance en berne ou empêchée, en particulier durant le premier confinement.

Malgré ce contexte, et sans doute grâce aux confinements, la famille des chaînes de télévision de RTL Belgium a augmenté sa part d'audience combinée parmi les consommateurs âgés de 18 à 54 ans à 36,1% (2019: 34,5%), maintenant sa position de leader incontesté du marché en Belgique francophone et augmentant son avance sur les chaînes publiques, se félicite sa maison-mère.

Sa chaîne phare, RTL-TVI, a augmenté sa part d'audience pour atteindre 27,1% (2019: 25,3%) - 11,8 points de pourcentage devant La Une et 14,1 points de pourcentage devant TF1. Le RTL Info 19h a augmenté sa part d'audience moyenne dans le groupe cible commercial à 43,3% (2019: 39,2%), reflétant le fort intérêt des Belges pour les émissions d'information durant la crise du coronavirus.

Le service de streaming RTL Play a, par ailleurs, enregistré de solides performances en 2020, avec une moyenne de 200.400 utilisateurs actifs par mois, contre 155.000 un an plus tôt, et 18,6 millions de vidéos vues par rapport aux 12,5 millions regardées en 2019.

La part d'audience de Club RTL parmi les téléspectateurs masculins âgés de 18 à 54 ans a par contre diminué à 5,3% en 2020 (pour 6,8% l'année précédente), tandis que Plug RTL a enregistré une part d'audience de 4,4% aux heures de grande écoute parmi les 15-34 ans, contre 3,8% en 2019.

Outre ces chaînes de télévision, RTL Belgium englobe également les radios Bel RTL et Radio Contact et la radio numérique Mint, ainsi que le site d'information RTLInfo.be.

En décembre dernier, RTL Group avait annoncé le rachat de la participation, de 34%, des actionnaires minoritaires belges (Rossel, IPM et Mediahuis) de RTL Belgium. Depuis le 28 décembre, le groupe allemand possède donc 100% de sa filiale belge.

Au niveau global, RTL Group, premier groupe audiovisuel européen, a annoncé un bénéfice net en baisse de 27,7%, à 625 millions d'euros, en 2020, à l'issue d'un exercice là aussi marqué par l'érosion du marché de la publicité à cause de la pandémie de Covid-19.

Le chiffre d'affaires a baissé de près d'un dixième, pour atteindre 6,02 milliards d'euros.

La chute des recettes s'explique principalement par "un déclin des marchés de la publicité télévisuelle dans toute l'Europe au deuxième trimestre et une diminution du chiffre d'affaires de la production de contenus suite à la pandémie de Covid-19", a précisé le groupe dans son communiqué.

Sous réserve d'une poursuite de la reprise économique en 2021, RTL Group s'attend cependant à voir son activité solidement rebondir cette année, pour atteindre 6,2 milliards d'euros environ. Les résultats ne devraient toutefois pas encore retrouver tout de suite le niveau d'avant la crise.

Le patron de l'entreprise, Thomas Rabe, a plaidé de nouveau "en faveur d'une consolidation du secteur européen de la diffusion", sans détailler ses intentions à propos du groupe de radio et de télévision français M6, dont il envisage de se séparer.

Selon le quotidien français Les Echos, les principaux médias français ont déposé des offres de rachat, parmi lesquels figurent Vivendi (Canal+), TF1, Xavier Niel (Le Monde, Nice-Matin) ou encore l'entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky (Marianne, Libération, Elle, etc.).

Le marché net de la publicité télévisée en Belgique francophone a été estimé en baisse de 10,3% en 2020, selon RTL. Une conséquence de la crise et de la frilosité des annonceurs face à une croissance en berne ou empêchée, en particulier durant le premier confinement. Malgré ce contexte, et sans doute grâce aux confinements, la famille des chaînes de télévision de RTL Belgium a augmenté sa part d'audience combinée parmi les consommateurs âgés de 18 à 54 ans à 36,1% (2019: 34,5%), maintenant sa position de leader incontesté du marché en Belgique francophone et augmentant son avance sur les chaînes publiques, se félicite sa maison-mère. Sa chaîne phare, RTL-TVI, a augmenté sa part d'audience pour atteindre 27,1% (2019: 25,3%) - 11,8 points de pourcentage devant La Une et 14,1 points de pourcentage devant TF1. Le RTL Info 19h a augmenté sa part d'audience moyenne dans le groupe cible commercial à 43,3% (2019: 39,2%), reflétant le fort intérêt des Belges pour les émissions d'information durant la crise du coronavirus. Le service de streaming RTL Play a, par ailleurs, enregistré de solides performances en 2020, avec une moyenne de 200.400 utilisateurs actifs par mois, contre 155.000 un an plus tôt, et 18,6 millions de vidéos vues par rapport aux 12,5 millions regardées en 2019. La part d'audience de Club RTL parmi les téléspectateurs masculins âgés de 18 à 54 ans a par contre diminué à 5,3% en 2020 (pour 6,8% l'année précédente), tandis que Plug RTL a enregistré une part d'audience de 4,4% aux heures de grande écoute parmi les 15-34 ans, contre 3,8% en 2019. Outre ces chaînes de télévision, RTL Belgium englobe également les radios Bel RTL et Radio Contact et la radio numérique Mint, ainsi que le site d'information RTLInfo.be. En décembre dernier, RTL Group avait annoncé le rachat de la participation, de 34%, des actionnaires minoritaires belges (Rossel, IPM et Mediahuis) de RTL Belgium. Depuis le 28 décembre, le groupe allemand possède donc 100% de sa filiale belge. Au niveau global, RTL Group, premier groupe audiovisuel européen, a annoncé un bénéfice net en baisse de 27,7%, à 625 millions d'euros, en 2020, à l'issue d'un exercice là aussi marqué par l'érosion du marché de la publicité à cause de la pandémie de Covid-19. Le chiffre d'affaires a baissé de près d'un dixième, pour atteindre 6,02 milliards d'euros. La chute des recettes s'explique principalement par "un déclin des marchés de la publicité télévisuelle dans toute l'Europe au deuxième trimestre et une diminution du chiffre d'affaires de la production de contenus suite à la pandémie de Covid-19", a précisé le groupe dans son communiqué. Sous réserve d'une poursuite de la reprise économique en 2021, RTL Group s'attend cependant à voir son activité solidement rebondir cette année, pour atteindre 6,2 milliards d'euros environ. Les résultats ne devraient toutefois pas encore retrouver tout de suite le niveau d'avant la crise. Le patron de l'entreprise, Thomas Rabe, a plaidé de nouveau "en faveur d'une consolidation du secteur européen de la diffusion", sans détailler ses intentions à propos du groupe de radio et de télévision français M6, dont il envisage de se séparer. Selon le quotidien français Les Echos, les principaux médias français ont déposé des offres de rachat, parmi lesquels figurent Vivendi (Canal+), TF1, Xavier Niel (Le Monde, Nice-Matin) ou encore l'entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky (Marianne, Libération, Elle, etc.).