Leader mondial du raffinage du zinc, Nyrstar, basé aux Pays-Bas, a averti la semaine dernière qu'il allait réduire sa production "jusqu'à 50%" dans trois usines européennes, aux Pays-Bas, en Belgique, et en France, à Auby, en raison des prix élevés de l'énergie et du carbone en Europe.

"Les hausses significatives du coût de l'électricité ces dernières semaines", et le prix élevé du carbone sur le marché européen "font qu'il n'est plus rentable économiquement d'exploiter les usines à pleine capacité", a indiqué Nyrstar dans un communiqué.

"Répercuter la hausse des coûts aux clients, ce n'est possible que si vous êtes leader d'un marché, un faiseur de prix"

A 30 kilomètres de Vannes (France), Jacques Pidoux, patron de BCF Sciences Life, une PME de 200 salariés qui produit des acides aminés à partir de plumes de volaille, se dit face à une crise "inédite". Le prix auquel il paie le gaz utilisé pour produire de la chaleur qui permet l'hydrolyse de la kératine des plumes, a été "multiplié par 4,5 depuis janvier 2020" et celui de l'électricité "par 2,5".

Les yeux rivés chaque jour sur l'indice Peg Nord 2022, qui montre le pic subi par les prix de gros du gaz, M. Pidoux insiste pourtant: "Nous ne sommes pas en difficulté". Sa société, seule en Europe sur son secteur, peut en effet se permettre de transférer à ses clients la hausse de 20% en six mois de ses coûts de revient.

"Répercuter la hausse des coûts aux clients, ce n'est possible que si vous êtes leader d'un marché, un faiseur de prix", avertit Nicolas de Warren, président de l'Union des industries utilisatrices d'énergie (Uniden) en France.

Pris en sandwich

Pour ceux qui ne peuvent pas, "il peut y avoir des dégâts", dit-il. "Soit vous vendez à perte, soit vous risquez de perdre des parts de marché" face à des produits importés d'Amérique ou d'Asie.

Un effet de "ciseaux" dangereux, subi par exemple par Aluminium Dunkerque, l'un des plus gros producteurs d'aluminium en Europe. "L'aluminium a beaucoup monté sur le marché du LME à Londres, mais beaucoup moins que le prix de l'électricité" explique à l'AFP Guillaume de Goÿs, patron de l'usine. "Nous sommes pris en sandwich".

"La part de l'électricité dans nos coûts de revient, qui était de 25% en moyenne ces dernières années, est passée à 40%, c'est un quasi-doublement" ajoute-t-il. Il craint d'être obligé d'annoncer des réductions de capacité début 2022 "si rien de concret n'est fait côté énergie" pour aider les industriels européens.

En Russie, les industriels bénéficient d'un prix du gaz administré, "aux alentours de 5 euros du megawatt-heure (MWh)" selon M. de Warren. En Chine, il est aussi contrôlé par l'Etat, "et même dans un certain nombre d'Etats américains" dit-il. "Alors que nous l'achetons plus de 100 euros le MWh".

Les associations représentant les industries de base en Europe ont lancé un cri d'alarme jeudi, en estimant que la reprise post-pandémie de l'industrie européenne était "en danger", tout comme sa capacité "à réaliser ses objectifs climatiques".

Les industriels européens ont aussi appelé l'Europe à "utiliser pleinement sa pression commerciale et diplomatique sur les principaux fournisseurs de gaz"

A quelques semaines de la COP26 à Glasgow en Ecosse, le cri d'alarme résonnera d'autant que les industries lourdes -sidérurgie, chimie notamment- fortement émettrices de gaz à effet de serre, ont fini par engager de lourds investissements pour décarboner leur production, tout en se plaignant du renchérissement de leurs coûts qui affectent leur compétitivité internationale.

Alors que les chefs d'Etat des 27 sont réunis à Bruxelles vendredi, les industriels européens de la chimie, du papier, céramique, aluminium, argile expansée, verre, métallurgie, sidérurgie, ont ainsi demandé à l'UE la mise en place de "règles ad-hoc en matière d'aides d'Etat pour permettre aux Etats membres de réagir plus clairement que ce qui est actuellement autorisé pendant les périodes de tension sur le marché de l'Energie".

Ils ont aussi appelé l'Europe à "utiliser pleinement sa pression commerciale et diplomatique sur les principaux fournisseurs de gaz".

Leader mondial du raffinage du zinc, Nyrstar, basé aux Pays-Bas, a averti la semaine dernière qu'il allait réduire sa production "jusqu'à 50%" dans trois usines européennes, aux Pays-Bas, en Belgique, et en France, à Auby, en raison des prix élevés de l'énergie et du carbone en Europe."Les hausses significatives du coût de l'électricité ces dernières semaines", et le prix élevé du carbone sur le marché européen "font qu'il n'est plus rentable économiquement d'exploiter les usines à pleine capacité", a indiqué Nyrstar dans un communiqué.A 30 kilomètres de Vannes (France), Jacques Pidoux, patron de BCF Sciences Life, une PME de 200 salariés qui produit des acides aminés à partir de plumes de volaille, se dit face à une crise "inédite". Le prix auquel il paie le gaz utilisé pour produire de la chaleur qui permet l'hydrolyse de la kératine des plumes, a été "multiplié par 4,5 depuis janvier 2020" et celui de l'électricité "par 2,5". Les yeux rivés chaque jour sur l'indice Peg Nord 2022, qui montre le pic subi par les prix de gros du gaz, M. Pidoux insiste pourtant: "Nous ne sommes pas en difficulté". Sa société, seule en Europe sur son secteur, peut en effet se permettre de transférer à ses clients la hausse de 20% en six mois de ses coûts de revient."Répercuter la hausse des coûts aux clients, ce n'est possible que si vous êtes leader d'un marché, un faiseur de prix", avertit Nicolas de Warren, président de l'Union des industries utilisatrices d'énergie (Uniden) en France. Pour ceux qui ne peuvent pas, "il peut y avoir des dégâts", dit-il. "Soit vous vendez à perte, soit vous risquez de perdre des parts de marché" face à des produits importés d'Amérique ou d'Asie.Un effet de "ciseaux" dangereux, subi par exemple par Aluminium Dunkerque, l'un des plus gros producteurs d'aluminium en Europe. "L'aluminium a beaucoup monté sur le marché du LME à Londres, mais beaucoup moins que le prix de l'électricité" explique à l'AFP Guillaume de Goÿs, patron de l'usine. "Nous sommes pris en sandwich"."La part de l'électricité dans nos coûts de revient, qui était de 25% en moyenne ces dernières années, est passée à 40%, c'est un quasi-doublement" ajoute-t-il. Il craint d'être obligé d'annoncer des réductions de capacité début 2022 "si rien de concret n'est fait côté énergie" pour aider les industriels européens.En Russie, les industriels bénéficient d'un prix du gaz administré, "aux alentours de 5 euros du megawatt-heure (MWh)" selon M. de Warren. En Chine, il est aussi contrôlé par l'Etat, "et même dans un certain nombre d'Etats américains" dit-il. "Alors que nous l'achetons plus de 100 euros le MWh".Les associations représentant les industries de base en Europe ont lancé un cri d'alarme jeudi, en estimant que la reprise post-pandémie de l'industrie européenne était "en danger", tout comme sa capacité "à réaliser ses objectifs climatiques". A quelques semaines de la COP26 à Glasgow en Ecosse, le cri d'alarme résonnera d'autant que les industries lourdes -sidérurgie, chimie notamment- fortement émettrices de gaz à effet de serre, ont fini par engager de lourds investissements pour décarboner leur production, tout en se plaignant du renchérissement de leurs coûts qui affectent leur compétitivité internationale. Alors que les chefs d'Etat des 27 sont réunis à Bruxelles vendredi, les industriels européens de la chimie, du papier, céramique, aluminium, argile expansée, verre, métallurgie, sidérurgie, ont ainsi demandé à l'UE la mise en place de "règles ad-hoc en matière d'aides d'Etat pour permettre aux Etats membres de réagir plus clairement que ce qui est actuellement autorisé pendant les périodes de tension sur le marché de l'Energie".Ils ont aussi appelé l'Europe à "utiliser pleinement sa pression commerciale et diplomatique sur les principaux fournisseurs de gaz".