L'innovation paie, la preuve avec Sortlist. Fondée en 2013 par quatre digital natives, Nicolas Finet, Thibaut Vanderhofstadt, Charles De Groote et Michaël Valette, la start-up propose un concept inédit: permettre à des entreprises de toute taille d'entrer en relation avec des agences de communication via une plateforme numérique. "Nous avons développé notre propre moteur de recherche et inventé un nouveau business model, rappelle Nicolas Finet. La plateforme a été directement disponible en trois langues (français, néerlandais ...

L'innovation paie, la preuve avec Sortlist. Fondée en 2013 par quatre digital natives, Nicolas Finet, Thibaut Vanderhofstadt, Charles De Groote et Michaël Valette, la start-up propose un concept inédit: permettre à des entreprises de toute taille d'entrer en relation avec des agences de communication via une plateforme numérique. "Nous avons développé notre propre moteur de recherche et inventé un nouveau business model, rappelle Nicolas Finet. La plateforme a été directement disponible en trois langues (français, néerlandais et anglais) et le succès, rapidement au rendez-vous." Sortlist a alors enregistré une forte croissance qui lui a d'abord valu de figurer en 2019 sur le podium du Fast 50 de Deloitte avant d'être couronnée cette année ambassadrice des Gazelles. Sortlist est dorénavant bien implantée sur le marché belge où sa plateforme, qui référence plus de 2.400 prestataires de marketing et communication, est sollicitée chaque semaine par plus d'une centaine de sociétés. Dès 2016, la jeune société wavrienne a exporté son modèle à Paris où elle dispose d'une équipe de 10 personnes. Aujourd'hui présente dans six pays (Belgique, France, Pays-Bas, Espagne, Allemagne et Roumanie), elle compte une centaine de collaborateurs en Europe. Sa forte progression a été accélérée par l'acquisition de deux sociétés qui proposaient des services similaires en Espagne et en Allemagne. En 2017, elle reprend son concurrent espagnol The Briefers et, deux ans plus tard, absorbe la société allemande Agenturmatching. Ces reprises s'inscrivent dans la stratégie de Sortlist qui ambitionne de devenir à terme leader européen et semble bien partie pour réaliser cet objectif. La récente crise sanitaire aurait même eu un impact "positif" en ce qui la concerne. "Nous nous sommes trouvés au bon endroit au bon moment, concède Nicolas Finet. Nous avons pu apporter des solutions adaptées tant aux entreprises qu'aux agences de communication et marketing, mais nous demeurons prudents. Et si l'événementiel a été fortement touché, nous avons observé une demande accrue pour le marketing digital, par exemple." "Notre volonté est de proposer le service le plus simple possible afin que les entreprises trouvent le bon partenaire. Que ce soit sur le marché local mais également international. Par exemple, les Belges se distinguent en matière de design alors que les Espagnols proposent des prix plus compétitifs. Nous collectons également les avis des clients afin de leur proposer les meilleures recommandations car in fine, ce qui importe, c'est d'avoir le bon matching entre les deux parties", conclut Nicolas Finet.