Le recul des immatriculations de voitures neuves en Belgique sur les six premiers mois de l'année est supérieur à la moyenne européenne (-14%). Par rapport à l'avant-covid (2019), il atteint même -37%. Au total, 61,8% des voitures neuves immatriculées au premier semestre l'ont été par des clients professionnels.

La baisse est moins marquée sur le marché de l'occasion (-9,27%). L'électrification a continué à gagner du terrain au premier semestre, représentant 31,6% des immatriculations de voitures neuves (23,5% en 2021), et même 40% du côté des clients professionnels.

Ces derniers sont également les plus friands de voitures rechargeables par une prise électrique, immatriculant 85% des modèles (entièrement électriques) BEV et 90% des (hybrides rechargeables par prise) PHEV durant les six premiers mois de l'année.

Au niveau européen, les ventes de voitures neuves à motorisation essence (-22% sur un an) ou diesel (-27%) se sont écroulées au deuxième trimestre, selon les chiffres des constructeurs. Les voitures à essence représentaient 38,5% des ventes, pour 17% au diesel et 22% aux hybrides qui continuent, elles, leur progression.

Le recul des immatriculations de voitures neuves en Belgique sur les six premiers mois de l'année est supérieur à la moyenne européenne (-14%). Par rapport à l'avant-covid (2019), il atteint même -37%. Au total, 61,8% des voitures neuves immatriculées au premier semestre l'ont été par des clients professionnels. La baisse est moins marquée sur le marché de l'occasion (-9,27%). L'électrification a continué à gagner du terrain au premier semestre, représentant 31,6% des immatriculations de voitures neuves (23,5% en 2021), et même 40% du côté des clients professionnels. Ces derniers sont également les plus friands de voitures rechargeables par une prise électrique, immatriculant 85% des modèles (entièrement électriques) BEV et 90% des (hybrides rechargeables par prise) PHEV durant les six premiers mois de l'année. Au niveau européen, les ventes de voitures neuves à motorisation essence (-22% sur un an) ou diesel (-27%) se sont écroulées au deuxième trimestre, selon les chiffres des constructeurs. Les voitures à essence représentaient 38,5% des ventes, pour 17% au diesel et 22% aux hybrides qui continuent, elles, leur progression.