...

Le problème est particulièrement criant dans la sidérurgie. Sur la seule année 2015, les exportations des produits asiatiques sur le vieux continent ont bondi de 51% ! Les entreprises chinoises -majoritairement étatiques- déversent littéralement leurs tôles, plaques, bobines, fils, rails, à des prix sacrifiés. Pourquoi ? Parce que le pays s'est doté en quinze ans d'une sidérurgie gigantesque mais que, aujourd'hui, les besoins ont fondu. "Dans le domaine de l'acier, la Chine a passé son point culminant", diagnostique Robert Joos, le directeur du Groupement belge de la sidérurgie (GSV). Un peu comme l'Europe après les chocs pétroliers de 1971 et 1974. L'ennui, c'est que les adaptations dans cette industrie lourde se font très lentement. De plus, les pouvoirs locaux chinois défendent bec et ongle leurs hauts fourneaux, qui emploient quantité d'ouvriers. Pékin ne réussit guère à réduire les surcapacités. La solution pratiquée est donc d'inonder les marchés étrangers en vendant quasi à perte. De quoi déstabiliser une sidérurgie européenne (500 usines et 330.000 emplois) qui sort à peine de la pénible récession de 2008-2009. Le 8 février, les ministres de l'Economie de huit pays -dont la Belgique- ont reconnu eux-mêmes un "risque important et imminent d'effondrement du secteur européen de l'acier". Tous les regards se tournent vers la Commission. Elle est la seule à même d'instaurer des taxes pour enrayer un tel dumping. Seulement voilà : les procédures sont longues ; les tarifs sont loin d'être toujours dissuasifs ; et en plus les producteurs chinois les contournent... Aujourd'hui, les aciéristes européens ont trois demandes. Un : faire cesser le dumping. "Il ne s'agit nullement de protectionnisme mais juste de garantir le même terrain de jeu à tous les acteurs", précise Robert Joos. Deux : réformer les instruments de défense commerciale de l'UE, afin de les hisser, par exemple, à hauteur de celles des Etats-Unis, bien plus strictes. Et trois : ne pas accorder en décembre prochain à la Chine le statut d'"Economie de marché" qu'elle réclame à l'OMC. Car, dans ce cas, il deviendrait encore plus difficile pour l'Europe de mener une quelconque régulation anti-dumping.