En février dernier, le conseil d'administration de l'aéroport liégeois avait licencié le directeur général Luc Partoune. Cette décision était intervenue après la demande des autorités wallonnes de faire toute la lumière sur une convention conclue entre l'aéroport et la société JCP Conseil de Jean-Claude Phlypo, ancien patron de la Société régionale wallonne de transport public et ex-échevin socialiste à Blégny, pour une mission de consultance. Liée à un montant de 60.000 euros, cette convention aurait été passée sans appel d'offre, d'après un rapport de Deloitte.

Le CEO de Liege Airport, Luc Partoune, licencié pour faute grave

Le CEO adjoint de l'époque, Frédéric Jacquet, avait alors été désigné administrateur délégué ad interim dans l'attente de la désignation d'un nouveau CEO. Début juillet dernier, à l'issue d'un processus de recrutement s'étant appuyé sur un chasseur de têtes, on avait appris la désignation du Français Christophe Bernardini à ce poste, qu'il devait occuper à partir de la mi-septembre. Il n'en sera finalement rien, confirme-t-on à Liège Airport mercredi.

D'après La Meuse, il n'y aurait pas eu un terrain d'entente au niveau financier entre les deux parties.

Contrairement à Charleroi et Zaventem, l'aéroport liégeois se porte bien malgré la pandémie

Il reste à présent à savoir ce que décideront les trois actionnaires de l'outil liégeois que sont NEB (Nethys-Ethias, actionnaire majoritaire), la Société wallonne des aéroports (Sowaer) et Aéroports de Paris. Ils pourraient décider de relancer une nouvelle procédure de recrutement ou bien de maintenir leur confiance dans le CEO ad interim Frédéric Jacquet, qui figurait d'ailleurs dans le trio final du chasseur de têtes.

Un comité de direction est prévu le 3 septembre et devrait se pencher sur ce dossier.

En février dernier, le conseil d'administration de l'aéroport liégeois avait licencié le directeur général Luc Partoune. Cette décision était intervenue après la demande des autorités wallonnes de faire toute la lumière sur une convention conclue entre l'aéroport et la société JCP Conseil de Jean-Claude Phlypo, ancien patron de la Société régionale wallonne de transport public et ex-échevin socialiste à Blégny, pour une mission de consultance. Liée à un montant de 60.000 euros, cette convention aurait été passée sans appel d'offre, d'après un rapport de Deloitte.Le CEO de Liege Airport, Luc Partoune, licencié pour faute grave Le CEO adjoint de l'époque, Frédéric Jacquet, avait alors été désigné administrateur délégué ad interim dans l'attente de la désignation d'un nouveau CEO. Début juillet dernier, à l'issue d'un processus de recrutement s'étant appuyé sur un chasseur de têtes, on avait appris la désignation du Français Christophe Bernardini à ce poste, qu'il devait occuper à partir de la mi-septembre. Il n'en sera finalement rien, confirme-t-on à Liège Airport mercredi. D'après La Meuse, il n'y aurait pas eu un terrain d'entente au niveau financier entre les deux parties.Contrairement à Charleroi et Zaventem, l'aéroport liégeois se porte bien malgré la pandémie Il reste à présent à savoir ce que décideront les trois actionnaires de l'outil liégeois que sont NEB (Nethys-Ethias, actionnaire majoritaire), la Société wallonne des aéroports (Sowaer) et Aéroports de Paris. Ils pourraient décider de relancer une nouvelle procédure de recrutement ou bien de maintenir leur confiance dans le CEO ad interim Frédéric Jacquet, qui figurait d'ailleurs dans le trio final du chasseur de têtes. Un comité de direction est prévu le 3 septembre et devrait se pencher sur ce dossier.